613

Avis

Les scientifiques défendent une étude selon laquelle Xylella n'est pas responsable de la plupart des OQDS

Margherita Ciervo et Marco Scortichini défendent leurs recherches selon lesquelles Xylella fastidiosa n'était pas responsable de la plupart des décès d'oliviers des Pouilles au cours de la dernière décennie.
Pouilles, Italie
Par Margherita Ciervo et Marco Scortichini
25 mars 2024 19:19 UTC

Le plus réfutation de notre article de Donato Boscia, chef d'unité de l'Institut pour la protection durable des plantes de Bari du Conseil national de recherches, demande quelques éclaircissements

Il convient de souligner que les premières études sur le déclin des olives dans le Salento attribuaient le phénomène à un certain nombre de pathogènes : le "maladie complexe », comprenant également certains champignons. Mais, après l'identification de Xylella fastidiosa sous-espèce. pauca, la bactérie a été retenue comme seul agent causal du syndrome de déclin rapide de l'olive (OQDS).

Par conséquent, à partir de 2015, tous les symptômes de déclin identifiés sur les oliviers, tels que le dépérissement des feuilles, des rameaux et des branches, ont été attribués à la bactérie, et cette hypothèse a été largement transmise aux agriculteurs, aux agronomes, aux journalistes et aux hommes politiques.

Voir aussi:Xylella n'est peut-être pas responsable de la dévastation des oliviers dans les Pouilles, selon une étude

Lors des enquêtes de surveillance, les inspecteurs régionaux ont donc collecté des échantillons d'oliviers qui présentent visiblement certains de ces symptômes, simplement parce qu'ils sont suspectés d'être causés par Xylella fastidiosa.

En vérifiant les données collectées par les inspecteurs phytosanitaires régionaux des Pouilles, une question se pose. Si, de 2016 à 2022, le pourcentage d'oliviers présentant visiblement des symptômes de déclin testés positifs pour la présence de Xylella fastidiosa se situe dans une fourchette de 22.5 pour cent à 3.21 pour cent, quels autres agents pathogènes ont causé les symptômes dans les 78 à 97 pour cent restants des oliviers ?

Dans ce scénario, il convient de souligner que, dans les tests de pathogénicité, Xylella fastidiosa subsp. pauca provoque un certain flétrissement des feuilles des plantes inoculées plus d'un an après l'inoculation, alors que les champignons appartenant à Neofusicoccum spp., isolés dans les mêmes zones du Salento touchées par la maladie de l'olivier, sont capables de tuer la plante entière en deux à trois semaines (Scortchini et al., 2023).

La large présence de champignons et leur agressivité pourraient expliquer la grande majorité des oliviers symptomatiques échantillonnés et ayant donné lieu à des résultats négatifs pour la bactérie.

Il est possible que dans les zones infectées du Salento, Xylella fastidiosa soit présente en grande partie, mais ce que l'on observe, c'est que des champignons phytopathogènes sont également présents simultanément dans le même arbre qui héberge Xylella fastidiosa.

Une approche plus globale de l'étude concernant le déclin des oliviers devrait également prendre en compte d'autres phytopathogènes impliqués dans la maladie complexe qui affecte actuellement les oliviers des Pouilles.

Il convient d'ajouter qu'aujourd'hui, de nombreuses urgences pathologiques qui affectent les espèces ligneuses sont causées par un certain nombre de phytopathogènes qui peuvent agir entre eux et en combinaison également avec des facteurs abiotiques prédisposants.

En tout cas, dans le Salento, ni Xylella fastidiosa ni OQDS n'auraient pu tuer "dizaines de millions" d'oliviers, sachant que dans la province de Lecce, on estime que les oliviers sont "seulement « 11 millions », et nombre d’entre eux sont encore visiblement en bonne santé et productifs. Ce récit est donc absolument infondé.

Un deuxième aspect de la réfutation concerne la faible incidence de Xylella fastidiosa dans les zones délimitées. Nous ne nions pas que le but des enquêtes de surveillance est de trouver des arbres infectés et qu'il faut s'attendre à une faible présence de la bactérie dans la région. "zones tampons ». Nous soulignons le sacrifice inutile des asymptomatiques oliviers centenaires et millénaires qui entourent la personne infectée dans un rayon de 50 mètres.

Selon les modèles épidémiologiques qui ont révélé "le rôle négligeable des arbres asymptomatiques dans la propagation de la maladie, un arrachage supplémentaire ne semblerait pas utile.

Il faut également ajouter que le "L'arrachage aveugle des arbres, quelle que soit la présence réelle de la bactérie au sein de la couronne de l'olivier, apparaît assez obsolète, surtout si l'on prend en considération le grand nombre de techniques de détection très sensibles et fiables récemment développées pour Xylella fastidiosa.

De plus, de nombreux oliviers autochtones du Salento, infectés depuis 2015, sont aujourd'hui parfaitement sains et productifs.

Il y a quelques années, on prévoyait que dans tout le Salento "il ne restera que 50 oliviers, une sorte de musée du passé ».

Publicité

De nos jours, une telle affirmation semble bien loin de la réalité puisque, grâce à des stratégies de gestion des champs qui permettent aux oliveraies de végéter et de produire, de nombreux agriculteurs continuent de prendre soin de leurs oliveraies plantées d'Ogliarola salentina et de Cellina di Nardò.

En outre, un vaste phénomène de résilience est actuellement observé dans le Salento, y compris également dans les zones où la première épidémie de la maladie a été signalée.

Margherita Ciervo est chercheuse et professeur au Département d'Économie, de Gestion et du Territoire de l'Université de Foggia.

Marco Scortichini est chercheur au centre de recherche du Conseil de la recherche agricole et de l'économie (CREA) sur les cultures d'oliviers, de fruits et d'agrumes à Rome.


Publicité
Publicité

Articles Relatifs