Après deux mauvaises récoltes, les producteurs néo-zélandais anticipent un rebond

La diminution des précipitations en Nouvelle-Zélande a suscité de l'espoir chez les producteurs du pays, mais le temps plus sec a entraîné une autre série de problèmes.

Mike Hanson, copropriétaire de Blue Earth, se promène dans l'oliveraie avant la récolte. (Photo : Terre bleue)
Par Lisa Anderson
10 mars 2024 17:39 UTC
338
Mike Hanson, copropriétaire de Blue Earth, se promène dans l'oliveraie avant la récolte. (Photo : Terre bleue)

Alors que les producteurs néo-zélandais se préparent à commencer la récolte fin mars, certains espèrent de meilleurs résultats après une deuxième récolte consécutive. baisse de la production l'année dernière.

La Nouvelle-Zélande a produit 125,000 litres d'huile d'olive en 2023, contre 180,000 litres en 2022. Les mauvaises récoltes sont intervenues après des récoltes exceptionnelles en 2020 et 2021, alors que le pays produisait respectivement 200,000 270,000 et - - litres.

La quantité de fruits n’est peut-être pas aussi élevée que celle des deux dernières grandes années, mais les conditions météorologiques suggèrent jusqu’à présent que nous reviendrons à des rendements en huile et en polyphénols beaucoup plus élevés.- Margaret Hanson, copropriétaire, Blue Earth

En décembre 2023, l’Institut national de recherche sur l’eau et l’atmosphère (NIWA) a signalé des précipitations bien supérieures aux niveaux normaux dans certaines régions, contrastées par des niveaux inférieurs à la normale dans d’autres.

Selon les données du NIWA, les producteurs n'auront pas à faire face aux précipitations extrêmes qui ont gâché leur récolte de l'année dernière, la huitième plus humide jamais enregistrée dans le pays.

Voir aussi:Mises à jour des récoltes 2024

"Après quelques saisons humides, en particulier l'année dernière, où il faisait si humide que les deux tiers de nos producteurs n'ont pas pu installer de machines dans leurs bosquets, nous sommes optimistes que cette saison sera meilleure », Emma Glover, Olives New. Le directeur général de Zealand, a déclaré Olive Oil Times.

Cependant, elle a ajouté que les régions de l'île du Sud ayant enregistré une récolte abondante l'année dernière produiraient probablement moins d'olives en raison du cycle naturel de production alternée de l'olivier.

Le résultat n’est cependant pas gravé dans le marbre. En mars 2022, les producteurs étaient optimistes pour une troisième année de production élevée. Cependant, les fortes pluies et le temps frais pendant la récolte se sont combinés pour réduire les rendements finaux.

Glover a déclaré que les prochains mois seront critiques à mesure que les fruits mûrissent. La saison des récoltes commençant bientôt dans les régions précoces, la plupart commenceront à récolter un peu plus tard, de fin mai à mi-juillet.

"La nouaison, en général, semble bonne, mais elle est inégale entre les bosquets et les variétés d'arbres, car ils rebondissent différemment de ces dernières années », a-t-elle déclaré.

Diana Crosse, copropriétaire de Kāpiti Olives sur l'île du Nord au nord de Wellington, a exprimé son optimisme avant la récolte, qui débutera dans ses bosquets début juin.

"La récolte des arbres semble très bonne et nous espérons un rendement élevé », a déclaré Crosse. "Le temps a été clément », mais elle a ajouté qu’ils aimeraient avoir plus de soleil.

entreprise-de-production-australie-et-nouvelle-zélande-après-deux-mauvaises-récoltes-les-producteurs-de-nouvelle-zélande-anticiper-un-rebond-huile-d'olive-times

Après deux années de fortes pluies, les oliveraies de Wairarapa sont désormais confrontées à des conditions proches de la sécheresse. (Photo : Vintiner's Grove)

Pendant ce temps, Ross Vintiner, copropriétaire de Vintiner's Grove dans la région de Wairarapa, sur l'île du Nord, a déclaré que le passage brutal de trop de pluie à trop peu de pluie avait des conséquences néfastes sur ses bosquets.

"Après deux années de pluies abondantes et constantes, les arbres se régénèrent, utilisant la majeure partie de leur énergie pour repousser leurs branches et leur feuillage », a-t-il déclaré. "Nous sommes désormais dans une situation de quasi-sécheresse. La fructification a été affectée par le stress continu.

"Comme pour un certain nombre de bosquets locaux dans le Wairarapa, les volumes de fruits et le rendement en huile seront en baisse par rapport à l'année dernière », a ajouté Vintiner. "La qualité de l'huile sera probablement très bonne, avec un polyphénols attendu d’un été très chaud et probablement d’un automne.

Il prévoyait que les vendanges commenceraient début mai. "Les arbres sont magnifiques et réagissent bien à culture biodynamique et biologique", a déclaré Vintiner.

Margaret Hanson, copropriétaire de Blue Earth, également originaire de la région de Wairarapa, s'attend à des résultats similaires à ceux de Vintiner.

"Après les deux dernières années humides, le défi cette année est de savoir à quel point le temps est sec », a-t-elle déclaré. "Beaucoup de travail a été consacré à la réparation des systèmes d’irrigation qui n’ont pas été utilisés depuis longtemps.

Hanson a déclaré que le rendement de ses olives Barnea diminuerait considérablement cette année. "Elle n’a pas profité des années humides et est épuisée après cinq grosses récoltes consécutives », a-t-elle déclaré. "Nous profitons donc de l’occasion pour procéder à une restructuration majeure de nos arbres.

"Le reste est superbe », a ajouté Hanson. "La quantité de fruits n’est peut-être pas aussi élevée que celle des deux dernières grandes années, mais les conditions météorologiques suggèrent jusqu’à présent que nous reviendrons à des rendements en huile et en polyphénols beaucoup plus élevés. Bonnes nouvelles."



Partagez cet article

Publicité
Publicité

Articles Relatifs