L'olivier et l'essor d'Athènes

L'histoire de la compétition divine pour Athènes reflète le respect des Grecs de l'Antiquité pour la sagesse, la stratégie et les besoins pratiques de la vie.

Vue de l'Acropole d'Athènes
Par Simon Roots
16 janvier 2024 17:52 UTC
463
Vue de l'Acropole d'Athènes

Dans tout le bassin méditerranéen, l’olivier occupe depuis longtemps une place importante dans la société. Ses fruits et son huile constituent la base du La diète méditerranéenne, et ses branches représentent la paix dans le judaïsme, le christianisme et l'islam ; sa silhouette emblématique est associée dans le monde entier au paysage méditerranéen, de Chypre à Toscane vers l'Algarve.

L’histoire qui montre le mieux à quel point l’olive est centrale dans la culture de la région est peut-être la façon dont Athéna est devenue la déesse patronne de la ville d’Athènes.

Dans la mythologie grecque antique, la ville d'Athènes est devenue le théâtre d'une compétition remarquable entre deux divinités olympiennes, Poséidon et Athéna. L’histoire se déroule sur fond de rivalités divines omniprésentes et du regard toujours vigilant de Zeus, souverain du mont Olympe.

Voir aussi:Un peintre grec consacre une fresque d'Athènes à l'histoire de la production d'huile d'olive

La légende raconte que le conflit entre Athéna, la déesse de la sagesse, et Poséidon, le dieu de la mer, est né de leur désir de revendiquer la domination sur la ville florissante d'Athènes.

La ville avait attiré l’attention des dieux grâce à son emplacement stratégique et à sa civilisation naissante. Athéna et Poséidon, chacun cherchant à devenir la divinité protectrice, se sont engagés dans une rivalité féroce qui façonnera à jamais le destin des Athéniens.

Le drame commença lorsque la nouvelle de la rivalité parvint aux oreilles de Zeus. Pour régler le différend et déterminer le tuteur légitime d'Athènes, Zeus proposa un concours entre Athéna et Poséidon. Dans sa sagesse, il déclara que la ville serait la récompense, un phare de prospérité et de puissance pour la divinité qui pourrait offrir le cadeau le plus précieux à ses habitants.

Le décor du concours était installé sur la colline sacrée de l'Acropole, où les dieux se réunissaient souvent pour témoigner d'événements importants. La nouvelle des événements imminents se répandit comme une traînée de poudre parmi les divinités olympiennes et bientôt, les dieux et les déesses se rassemblèrent au-dessus de la ville.

Athéna et Poséidon prirent position sur la terre sacrée sous le regard de l'assemblée divine. L'air crépitait d'impatience tandis que Zeus, l'arbitre ultime, se préparait à juger l'issue de leur compétition.

Les habitants d'Athènes affluèrent également sur le site, le cœur mortel rempli de crainte et d'appréhension, désireux d'assister au spectacle qui déterminerait le sort de leur polis bien-aimée.

Poséidon, trident à la main, s'avança le premier pour montrer ses prouesses. D'un puissant coup, il frappa le rocher dur de l'Acropole, déclenchant une puissante secousse qui se répercuta sur la terre.

Le sol frémit et, à la stupéfaction des spectateurs, une mer souterraine émergea, accompagnée d'une source d'eau salée. La démonstration de la maîtrise de Poséidon sur les eaux était impressionnante et, pendant un instant, il sembla que le dieu des mers avait assuré la victoire.

Cependant, les habitants d’Athènes, malgré leur admiration pour la démonstration de puissance de Poséidon, étaient confrontés à un dilemme.

Athènes bénéficiait déjà d’un accès abondant aux rivières et d’une proximité avec la mer. Comme le disait Platon, les Grecs vivaient comme des grenouilles autour d’un étang. Le don de Poséidon, bien que formidable, ne répondait pas aux besoins pratiques de la ville, laissant les habitants en contemplation.

Alors que les murmures de la foule résonnaient encore dans l’Acropole, Athéna, la déesse sage et stratégique, s’avança pour présenter son offrande.

Délibérément et gracieusement, elle s'est agenouillée sur la terre sacrée et a planté une graine. Au grand étonnement de toutes les personnes présentes, en quelques instants, un un magnifique olivier a émergé de la terre, ses branches chargées de fruits riches et gonflés.

monde-l-olivier-et-l-essor-d-athènes-l-huile-d-olive-times

Au sommet de l'Acropole d'Athènes se dresse un olivier qui est un symbole de centaines d'années de dévouement et de révérence.

La beauté du cadeau d’Athéna ne résidait pas seulement dans son attrait visuel immédiat, mais aussi dans sa signification aux multiples facettes.

L'olivier, avec son bois de haute qualité, constituait une ressource précieuse pour la construction et l'artisanat. De plus, les olives étaient une source de nutrition pour la population et l'huile qui en était extraite avait diverses applications, de l'éclairage des lampes à la guérison des blessures.

Publicité
Publicité

Le symbolisme du don d’Athéna dépassait cependant le domaine matériel. L'olivier représentait la paix, la prospérité et la sagesse, des attributs qui résonnaient profondément avec les aspirations du peuple athénien.

Les aspects pratiques et symboliques combinés de l’offrande d’Athéna mettaient en valeur sa sagesse divine et sa compréhension des véritables besoins et désirs de la ville qu’elle aspirait à protéger.

Zeus, observant les événements qui se déroulaient avec son regard qui voit tout, reconnut la nature profonde du don d'Athéna. Avec la sagesse qui sied au roi des dieux, il déclara Athéna victorieuse et, en reconnaissance de sa nouvelle déesse protectrice, la ville fut nommée en son honneur.

La victoire d'Athéna a marqué le début d'une ère harmonieuse et prospère pour Athènes. L'olivier, témoignage vivant de la bienveillance de la déesse, est devenu un symbole vénéré au sein de la ville.

Les habitants d’Athènes ont adopté la sagesse et les conseils d’Athéna et, sous son œil vigilant, la ville a prospéré dans les arts, la philosophie et la gouvernance.

L’histoire de la compétition entre Athéna et Poséidon pour Athènes est plus qu’un mythe ; il reflète le respect des anciens Grecs pour la sagesse, la stratégie et les aspects pratiques de la vie.

L'héritage durable du don d'Athéna et la prospérité ultérieure de la ville témoignent de la conviction que la vraie sagesse englobe le pouvoir et la puissance ainsi qu'une compréhension profonde des besoins et des aspirations de ceux qui sont sous sa protection.



Partagez cet article

Publicité
Publicité

Articles Relatifs