Le plafonnement des prix de l'huile d'olive en Tunisie suscite des réactions mitigées de la part des consommateurs

Le gouvernement a plafonné le prix de l'huile d'olive pour réduire les dépenses des ménages, mais les habitants remettent en question l'efficacité du plan.

Tunis, Tunisie
Par Ofeoritse Daibo
1 février 2024 à 20h07 UTC
0
Tunis, Tunisie

Il y a un débat actif en Tunisie sur l'efficacité de la stratégie du gouvernement visant à baisser les prix à la consommation, plus d'un mois après a annoncé un plafonnement des prix sur les ventes intérieures d’huile d’olive.

En décembre 2023, le gouvernement a plafonné le prix de l'huile d'olive distribuée par l'Office national de l'huile d'olive (ONH) à 15 dinars (4.55 €) dans les supermarchés locaux, craignant que les prix n'augmentent plus vite que les revenus des ménages. À l’époque, les prix de détail de l’huile d’olive locale devaient atteindre 25 dinars (7.40 €) le litre.

Les médias locaux ont noté que, dans l'ensemble, les clients étaient satisfaits de cette initiative dans le contexte de la crise économique actuelle. Par exemple, Tarek, un jeune gérant de café, s'est déclaré prêt "d'acheter un litre d'huile d'olive à 15 dinars plutôt qu'à 24 ou 25 dinars.

Voir aussi:Une tournée en Tunisie explore la culture et la cuisine de l'huile d'olive

Cependant, certaines questions subsistent quant au discours médiatique du gouvernement, et tous les retours n'ont pas été positifs. Sur Facebook et d'autres plateformes de médias sociaux, les utilisateurs ont noté que recevoir "un litre et demi d'huile d'olive subventionnée n'était pas suffisant pour faire une réelle différence dans le coût de la vie des ménages. "Combien de Tunisiens consomment une bouteille et demie d’huile d’olive par an ? » a demandé un autre utilisateur des médias sociaux.

Près de 11 millions de litres d'huile d'olive seront mis à la disposition des ménages tunisiens. Moez Ben Amor, le directeur commercial de l'ONH, a déclaré que l'offre sera suffisante pour couvrir les besoins des Tunisiens.

Malgré les assurances, le plan s’est avéré difficile à mettre en œuvre. D’une part, le gouvernement a eu du mal à répondre à la demande lorsque les premiers stocks sont arrivés dans les magasins.

Les personnes postant en ligne ont indiqué qu'elles ne pouvaient pas trouver l'huile d'olive à prix réduit dans les supermarchés de leur quartier, les utilisateurs des médias sociaux tels que Ben Youssef demandant : "Où est-il disponible ? »

Selon les médias, les premières bouteilles arrivées dans les rayons ont été vendues en quelques heures. En réponse, Ben Amor a appelé les consommateurs à éviter toute frénésie. Une ruée similaire a été observée dans les magasins ces derniers mois en raison du manque de lait, rationné à deux paquets par personne, et des pénuries de sucre et de café.

Il semble également y avoir un conflit entre les prix des supermarchés au-dessus du plafond et la tentative du gouvernement de maintenir les prix en dessous du plafond.

Olive Oil Times a passé en revue les supermarchés en ligne livrant des produits d'épicerie à Tunis, dont la zone métropolitaine abrite environ un quart de la population. Un seul, Carrefour, vendu huile d'olive extra vierge de l'ONH au prix de 15 dinars le litre. La marque ONH n'était pas disponible dans les autres magasins.

L'huile d'olive de marque vendue au litre chez Monoprix variait de 20 à 36.8 (5.92 à 10.89 €) dinars et de 10.3 à 13 (3.05 à 3.85 €) dinars pour une bouteille de 250 millilitres. Chez Carrefour, une bouteille standard d'huile d'olive vierge était vendue à 14 dinars (4.14 €) le litre et 31.9 dinars (9.44 €) au Maximarket le litre.

En parlant à une station de radio locale, un client a prédit que "les gens peuvent profiter du programme pour réaliser un profit. Par exemple, les agriculteurs ou les revendeurs [pourraient être plus tentés] de mélanger et de falsifier l'huile pour éviter de perdre de l'argent [du fait du plafonnement des prix]. La fixation d'un tel prix a également un impact négatif sur les producteurs d'huile d'olive.

En effet, début janvier, une équipe composée d'autorités locales, régionales et nationales a saisi 1,420 - litres d'huile d'olive frelatée avec d'autres huiles.

Selon La Banque Mondiale, La sécheresse persistante en Tunisie a entamé sa prospérité économique, mais des mesures telles que le plafonnement des prix pourraient aggraver le problème.

Le secteur agricole, en particulier, a été le plus durement touché, entraînant des problèmes de financement extérieur, une augmentation de la dette intérieure et une hausse des prix des produits de base. L’inflation a atteint 9 % en septembre 2023 et l’émigration est devenue vitale pour les Tunisiens confrontés à des difficultés économiques.

Bien que le gouvernement soit intervenu en prenant des mesures pour fixer les prix intérieurs, cela "Le système de contrôle des prix qui régule les principaux marchés de produits de base est un facteur clé de l’endettement croissant des entreprises publiques ainsi que des pénuries », selon la Banque mondiale.

Publicité
Publicité

Les clients sur les réseaux sociaux ont demandé "une réduction de 30 pour cent de tous les produits agricoles », y compris les dattes et le poisson, face à la flambée des prix alimentaires. D'autres ont noté que "le prix de 10 dinars (2.96 €) aurait été plus raisonnable pour les Tunisiens.

Au niveau national, l'huile d'olive est un élément important de la cuisine tunisienne. Il est indispensable dans les plats variés de meze, les ragoûts et le couscous, le plat national.

Toutefois, La production tunisienne d'huile d'olive est orientée vers l'exportation, et près de 80 pour cent de l'huile d'olive, soit l'équivalent de 195,000 2023 tonnes en -, est destinée à l'Espagne et à l'Italie, ce qui a provoqué la colère de certains utilisateurs des médias sociaux.

"L'huile d'olive est un commerce rentable en Europe mais un faible produit d'exportation pour la Tunisie puisque nous la vendons à bas prix dans des cuves qui sont réembouteillées comme un produit européen », a écrit l'un d'entre eux.

En dehors de la capitale, le gouvernement a assuré une distribution équitable et uniforme à travers le pays. En janvier, le directeur régional du commerce du gouvernorat de Kairouan, Adel Ben Helima, a distribué 900 kilogrammes de sucre en vrac et 900 litres d'huile d'olive dans les principales zones commerciales de Kairouan.

Cependant, les utilisateurs des réseaux sociaux restent sceptiques et réclament plus de transparence, se demandant si le gouvernement se contente de supprimer "vieille huile d’olive. En réponse, Ben Amor a précisé que l'huile est de qualité supérieure dès la campagne 2023/24.

Cette mesure devrait perdurer jusqu'au ramadan (avril 2024), selon Houssem Eddine Touiti, directeur général de la concurrence et des enquêtes économiques au ministère du Commerce.



Partagez cet article

Publicité
Publicité

Articles Relatifs