Les agriculteurs de toute l’Europe protestent contre les coûts élevés et la réduction des subventions

Dans la perspective des élections européennes de juin, certains responsables ont proposé d'assouplir les exigences environnementales de la politique agricole commune.

Les agriculteurs français protestent contre la hausse des coûts de production, les accords de libre-échange et la baisse des subventions. (Photo : FNSEA via Facebook)
Par Costas Vasilopoulos
5 février 2024 à 16h32 UTC
123
Les agriculteurs français protestent contre la hausse des coûts de production, les accords de libre-échange et la baisse des subventions. (Photo : FNSEA via Facebook)

Les autoroutes ont été bloquées en France et des colonnes de tracteurs ont occupé pendant plusieurs jours le centre de la capitale allemande, Berlin. Des routes principales ont été coupées à Bruxelles, le cœur et centre administratif de l'Union européenne, alors que des milliers d'agriculteurs manifestaient à travers l'Europe.

Des impôts élevés, des prix élevés du carburant, des retards dans le paiement des subventions et les effets de la guerre russo-ukrainienne sont à l'épicentre des manifestations des agriculteurs.

Cependant, selon Arnaud Rousseau, président du syndicat des agriculteurs français FNSEA, la surréglementation et le "incompréhensible » Les politiques agricoles de l'UE sont la cause sous-jacente des protestations des agriculteurs.

Voir aussi:Le chef de l’UE promet un dialogue stratégique avec les agriculteurs

Rousseau a également affirmé que le bloc Stratégie de la ferme à la fourchette la durabilité alimentaire entrave la croissance économique agricole européenne en imposant une lourde charge aux agriculteurs.

À la suite des manifestations d'agriculteurs en France, le premier producteur agricole de l'UE, le Premier ministre Gabriel Attal, a déclaré que le pays demanderait une exemption de certaines règles de la Politique Agricole Commune (PAC) pour mieux répondre aux besoins de ses agriculteurs.

En outre, le président français Emmanuel Macron a remis en question la accord de libre-échange avec le Mercosur groupe de pays, affirmant que les produits alimentaires importés des pays d’Amérique du Sud ne répondraient pas aux normes européennes en matière de production alimentaire et d’environnement.

Macron a néanmoins soutenu les politiques agricoles de l'UE, affirmant qu'elles ne sont pas la cause des problèmes des agriculteurs.

En Allemagne, la suppression progressive d'une réduction de taxe sur le carburant diesel agricole a suscité des manifestations d'agriculteurs, qui ont affirmé que cela pourrait les conduire à la faillite et ont demandé un soutien financier au gouvernement.

Cependant, le ministre des Finances du pays, Christian Lindner, a rejeté leur demande, invoquant les limites du budget du pays.

En Roumanie, les agriculteurs protestent contre le coût élevé du carburant, les taux d'assurance élevés et les importations agricoles bon marché en provenance d'Ukraine.

Les agriculteurs polonais ont également manifesté contre la concurrence de l'Ukraine, arguant que l'Europe devrait s'abstenir d'importer des produits agricoles de ce pays d'Europe de l'Est déchiré par la guerre.

Voir aussi:Les exploitations agricoles confrontées à des contraintes naturelles jouent un rôle clé dans l'agriculture européenne

"Les céréales ukrainiennes doivent être acheminées là où elles doivent être, vers les marchés asiatiques ou africains, et non vers l'Europe », a déclaré Adrian Wawrzyniak, porte-parole du syndicat des agriculteurs polonais.

Les protestations s'étendent également au sud de l'Europe, les agriculteurs grecs installant les premiers barrages routiers importants et leurs homologues espagnols se préparant à exprimer leur mécontentement face aux coûts de production élevés et aux réglementations environnementales strictes.

Pour apaiser les agriculteurs protestataires à travers l'UE, la Commission a proposé d'abaisser les exigences en matière d'agriculture verte contenues dans la politique agricole commune (PAC) tout en maintenant inchangés les paiements aux agriculteurs.

"En prenant cette mesure stabilisatrice, nous pouvons contribuer à atténuer la pression que ressentent nos agriculteurs pour garantir leur viabilité économique en ces temps de grande incertitude », a déclaré le vice-président exécutif de la Commission, Maroš Šefčovič.

Les manifestations d'agriculteurs ont eu lieu quelques mois seulement avant les élections du Parlement européen de juin, alimentant l'inquiétude des dirigeants politiques qui craignent que les partis d'extrême droite européens reçoivent un soutien significatif de la part des agriculteurs frustrés à travers le continent.

Bien qu'elles ne soient pas à l'ordre du jour, les protestations des agriculteurs devraient être discutées officieusement lors du sommet des dirigeants de l'Union européenne à Bruxelles le 1er février.st.



Partagez cet article

Publicité
Publicité

Articles Relatifs