La récolte d'olives au Maroc devrait rebondir, malgré les vents contraires

Malgré un été chaud et sec, les pluies récentes ont amélioré les conditions, et on en attend davantage dans les semaines à venir. Les autorités s'attendent à ce que la production s'améliore par rapport à l'année dernière.

Fès, Maroc
Par Daniel Dawson
25 septembre 2023 14:15 UTC
666
Fès, Maroc

Des températures élevées, une sécheresse persistante et un tremblement de terre historique ont frappé les oliveraies marocaines quelques mois seulement avant le début de la campagne agricole 2023/24.

Nous nous attendons à ce que la production soit supérieure à celle de l’année dernière, ce qui a été catastrophique.- Rachid Benali, président de la Fédération interprofessionnelle oléicole marocaine

Malgré les vents contraires importants que connaît le secteur, les responsables restent optimistes et pensent que la récolte de cette année améliorera encore le rendement de l'année dernière de 107,000 - tonnes, nettement inférieur au 200,000 2021 tonnes produites en 22/- et 8 pour cent en dessous de la moyenne quinquennale.

"Nous nous attendons à ce que la production soit supérieure à celle de l’année dernière, ce qui a été catastrophique », a déclaré Rachid Benali, président de la Fédération interprofessionnelle oléicole marocaine, aux médias locaux.

Voir aussi:Mises à jour des récoltes 2023

Toutefois, il a ajouté que les rendements finaux dépendent en grande partie de la quantité de pluie qui tombera au cours des deux prochains mois.

Selon le ministère marocain de l'Agriculture, le pays a reçu plus de pluie au cours de l'année hydrologique 2022/23 que lors de l'année précédente, soit 22 pour cent de plus, mais les précipitations totales étaient toujours inférieures de 32 pour cent à la norme.

Récemment, des pluies sont tombées sur le nord du pays, y compris dans plusieurs régions oléicoles importantes, et davantage de pluie est attendue dans les semaines à venir.

Même si la pluie contribuera à l'accumulation de huile dans les 750,000 - hectares de bosquets pluviaux du pays, Benali a déclaré que des dégâts importants avaient été causés pendant la période de floraison en avril.

entreprise-de-production-afrique-moyen-orient-maroc-la-récolte-d'olives-attendit-un-rebond-malgré-des-vents contraires-époque-de-l'huile-d'olive

Entre 60 et 70 pour cent des oliviers ont souffert des températures printanières torrides. "Les fleurs d’olivier ont brûlé à cause de ce phénomène climatique très répandu », a-t-il expliqué.

Cette source inhabituellement chaude a été suivie d'un été torride et de vents violents, connus sous le nom de Chergui, qui ont causé de nouveaux dégâts à certains oliviers du pays.

Ce phénomène a été particulièrement aigu dans la région centrale d'El Kelâa des Sraghna, avec quelques les responsables locaux estiment cette production pourrait chuter de 80 pour cent par rapport à l'année dernière en raison des dégâts importants causés par le vent et le vent.

Dans les régions orientales de Taza, Guercif et Outat El Haj, qui abritent 186,000 - hectares d'oliveraies, la production devrait continuer à augmenter malgré certains agriculteurs rapportent des pertes importantes après les tempêtes de grêle début septembre.

Cependant, dans la région de Fès-Meknès, au nord-est du Maroc, qui abrite un tiers des oliveraies du pays, le responsable de l'agriculture, Mostapha Mrhari, a déclaré aux médias locaux que les oliviers irrigués n'avaient pas subi de dégâts importants.

Dans la région montagneuse d'Al Haouz, située à l'épicentre du séisme de magnitude 6.8 survenu en septembre qui a tué environ 3,000 - personnes, les agriculteurs continuent de travailler pour déblayer les décombres et déterminer l'étendue des dégâts.

La région compte environ 124,200 10 hectares d'oliveraies, soit environ - pour cent du total du pays. Selon Rapports des médias locaux, les bosquets à haute densité situés au pied des montagnes du Haut Atlas sont restés largement indemnes.

Plus haut dans les montagnes, les bosquets traditionnels appartenant à de petits producteurs ont été plus gravement endommagés.

"Ce sont les communautés montagnardes, vivant dans des maisons traditionnelles en terre cuite, qui ont été les plus touchées », a déclaré un producteur aux médias locaux. "Ces communautés pratiquent une agriculture de subsistance basée sur l’arboriculture, comme les fruits et les olives, et la production d’herbes aromatiques, comme le safran, pour l’autoconsommation ou vendues en petites quantités sur le marché local.

Plus au sud, dans la région de Souss-Massa, située juste en dessous de l'épicentre du séisme, la production devrait également rebondir. Même si la région a évité le pire du séisme, des secousses ont quand même été ressenties et ont causé des dégâts aux infrastructures. Des dommages minimes aux oliviers ont été signalés.

À la suite d'une sécheresse qui dure depuis un an, les responsables de tout le pays soulignent la nécessité d'investir dans les oliveraies. En mai, le gouvernement a accordé à la Fédération interprofessionnelle oléicole marocaine 16.9 milliards de dirhams (1.54 milliard d'euros) pour investir dans l'irrigation.

Selon les autorités, 37.5 pour cent des oliveraies du pays sont irriguées, soit un total de 450,000 50 hectares. Pourtant, ces bosquets représentent entre 60 et - pour cent de la production totale.

L'irrigation du reste des bosquets du pays augmenterait considérablement la production, ce qui, selon les responsables, améliorer la balance commerciale internationale du Maroc et inférieur prix intérieurs toujours élevés.



Partagez cet article

Publicité
Publicité

Articles Relatifs