989

Avis

Voir l'olivier comme un être vivant

Méfiez-vous des erreurs dans les stratégies de culture lorsque l'olivier est traité comme une machine.
Par Rafael Navarro et Susan Hoover
10 août 2020 14:10 UTC

Les métaphores que nous utilisons pour décrire notre monde influencent fortement la manière dont nous nous y rapportons. Il en va de même pour la façon dont nous pensons à nos oliviers.

Surtout après le début de la révolution industrielle, l'olivier en est venu à être considéré comme une machine oléicole, par laquelle plus nous y mettions de ressources, plus il produirait.

Mais cette approche conduit à un certain nombre de problèmes car la génétique profonde de l'arbre a toujours le dernier mot

L'olivier n'est pas une machine statique, c'est une entité vivante qui a évolué au fil des milliers d'années dans le climat méditerranéen où il y a des variations extrêmes des conditions au jour le jour et d'année en année.

Cette variabilité se traduit par une disponibilité variable de l'eau et des nutriments, et l'olivier a développé des moyens physiologiques pour faire face à ces conditions changeantes. Il y a de fortes réactions au jour le jour dans la physiologie de l'olivier, qui rappellent la réaction d'un cerveau à travers des sentiments tels que la peur, la fatigue ou la motivation.

En considérant l'arbre dans le sens pas si métaphorique de ces sensations, de meilleures pratiques de culture deviennent claires et nous pouvons améliorer la santé de notre arbre, la qualité de l'huile qu'il produit, et ouvrir la voie à une production annuelle plus stable.

Cultures abondantes et peur des arbres

D'un point de vue mécaniste de l'olivier, une récolte abondante est toujours l'objectif. Cependant, pour un olivier, une récolte abondante signifie qu'il devra dépenser énormément d'énergie pour ses fruits: les olives sont riches en très "substances physiologiques (huile) et minéraux coûteux ». Ainsi, dans un climat rude, une grande dépense d'énergie peut être dangereuse, au point même qu'elle peut mettre en danger la survie de l'arbre lui-même.

Si l'olivier détecte une faible disponibilité en eau et en nutriments, en tant que stratégie d'auto-défense, il affectera gravement le nombre de fruits qu'il donne. Pouvons-nous appeler cela la peur?

Une once de prévention vaut une livre d'irrigation

Selon un concept mécaniste de la production d'oliviers, les oliviers devraient être irrigués principalement en été, après la nouaison, car on pense que l'olivier aura besoin de plus d'eau en raison des températures élevées et du sol plus sec. Ceci est une erreur et montre que nous n'avons pas compris le processus physiologique du système reproducteur de l'arbre.

Après avoir déployé des nutriments et de l'énergie dans les fruits mis au printemps, l'olivier a besoin d'une période de repos en été. Si l'arbre est trop irrigué en été, cette période de repos n'est pas enregistrée par l'arbre et il "pense «qu'il doit passer trop tôt à l'étape de la production et qu'il n'a pas eu le temps de récupérer un niveau adéquat de nutriments. Par conséquent, comme il note un manque de nutriments, il aura peur de surproduire et de risquer les dangers de l'épuisement des nutriments. La récolte de retour est donc affectée négativement. 

Au contraire, lorsque nous considérons l'arbre d'un point de vue biologique et comprenons sa nature physiologique, nous prenons en compte les cycles et les phases de l'arbre, et il devient clair qu'il y a un moment optimal pour soutenir l'arbre avec de l'eau et des nutriments.

Le moment clé de ce cycle est la fin du printemps (surtout s'il s'agit d'un printemps sec) car c'est le moment où l'arbre doit décider du nombre de fruits à mettre. Donc, irriguer juste avant la nouaison est la stratégie qui influencera le plus positivement la production. Et ce moment clé est souvent manqué. Le but fondamental est d'éviter que l'arbre n'ait peur de l'avenir afin qu'il produise un nombre approprié de fruits qui, bien sûr, se traduit par une bonne récolte. 

Fatigue, taille et fertilisation

Dans l'année suivant une récolte abondante (l'année morte), la réserve de nutriments d'un arbre sera probablement faible parce que les nutriments sont entrés dans les fruits. Les bourgeons prennent note de l'état nutritionnel de la fin de l'hiver et si les niveaux de nutriments sont faibles, les bourgeons se développeront en feuilles, pas en fruits, et la récolte de retour sera faible voire nulle. Pourrait-on appeler cela de la fatigue?

D'un point de vue mécaniste, où l'objectif est toujours d'atteindre le niveau de production le plus élevé possible, l'olivier ne doit pas être fortement taillé avant une année dans l'idée erronée d'assurer une bonne récolte. De même, il est courant de sur-fertiliser avant que l'arbre ne donne le fruit, ce qui fera que l'arbre donne plus de fruits qu'il ne peut raisonnablement en traiter. Ces pratiques exacerbent en fin de compte la fatigue qu'un arbre subira. 

production-d'opinion-voir-l'olivier-comme-être-vivant-huile-d'olive

D'autre part, les pratiques agronomiques qui prennent en compte les systèmes biologiques de l'arbre voient une taille importante sur l'année, et une fertilisation minimale à la fin du printemps et au début de l'été (lorsque l'olivier est sur le point de donner des fruits), accompagnée d'une fertilisation élevée à la fin l'été et l'automne (quand les olives prennent du poids) aident l'arbre à arriver au printemps suivant en très bon état pour développer une nouvelle récolte.

Parfois, il est préférable de réduire la capacité de récolte à court terme pour obtenir une récolte optimale à plus long terme. En d'autres termes, plutôt que d'avoir une récolte abondante suivie d'une récolte hors récolte, il est préférable d'avoir une récolte moyenne constante d'une année à l'autre qui produit finalement une production globale plus élevée.

Motivation de l'olivier 

En basse saison (une année à faible récolte), l'olivier a une très faible demande de fruits en nutriments et en énergie, et il est donc capable de développer de longues pousses et d'accumuler de bons niveaux de nutriments et d'hormones. Ces hormones induisent la plupart des bourgeons de l'arbre à se développer en fleurs (plutôt qu'en feuilles) et, soutenues par la solide réserve nutritionnelle, beaucoup de ces fleurs donneront des fruits l'année prochaine (l'année suivante). Peut-on appeler cela la motivation?

Le désir de reproduire

L'olivier, comme tout être vivant, veut se reproduire. Pour un olivier, la reproduction signifie produire des olives, et les olives signifie récolte. La gestion de l'olivier doit aller dans le sens d'un arbre non stressé (non fatigué, non effrayé) au lieu de sur-approvisionner en ressources supplémentaires. Un olivier non stressé, c'est-à-dire heureux, peut produire des récoltes annuelles assez stables. 

En comprenant la physiologie et la génétique profondes de l'arbre, les producteurs peuvent ajuster leurs stratégies de gestion annuelles et intra-annuelles. Cela améliorera finalement l'homogénéité des cultures interannuelles, diminuera les coûts des engrais et de l'irrigation, créera des arbres plus sains, augmentera la résistance aux maladies et aux ravageurs, produira une huile de meilleure qualité, des niveaux plus élevés de phénols et, finalement, augmentera les revenus.

Rafael Navarro est consultant en gestion d'oliveraie pour Sélection d'Olivares de Sierra. Susan Hoover est la gérante de La pluie en Espagne.


Publicité
Publicité

Articles Relatifs