La Nouvelle-Zélande a perdu du terrain en raison des conditions météorologiques extrêmes

"Nous sommes en retard pour commencer la récolte de deux semaines et je dirais que le volume de la récolte a diminué d'au moins un tiers, peut-être de moitié dans certaines plantations." Anne Stanimiroff, copropriétaire du domaine des olives de Rangihoua, a déclaré Olive Oil Times.

Mai. 18, 2017
Par Julie Al-Zoubi

Nouvelles Récentes

Les producteurs d'olives néo-zélandaises ont été contraints de retarder la récolte cette saison, car le manque de soleil et les pluies torrentielles ont entraîné une maturation tardive des fruits. Alors que la saison des récoltes aurait dû commencer, la Nouvelle-Zélande a été battue par des tempêtes et des cyclones dans les pires conditions météorologiques pour frapper le pays pendant 50 ans. Les oléiculteurs se sont préparés à une récolte décevante et à une baisse des rendements allant jusqu'à 90 pour cent.

Je dirais que le volume de la récolte a diminué d'au moins un tiers, voire de moitié dans certains bosquets.- Anne Stanimiroff, domaine des olives de Rangihoua

Sur l'île de Waiheke, une région viticole et oléicole non loin d'Auckland, les vendanges n'ont commencé que fin avril. Anne Stanimiroff, copropriétaire du domaine d'olive de Rangihoua, a déclaré Olive Oil Times, "Nous sommes en retard pour commencer de deux semaines et je dirais que le volume de la récolte a diminué d'au moins un tiers peut-être de moitié dans certains bosquets. Les rendements en huile sont en moyenne d'environ 15 pour cent. »

Les producteurs néo-zélandais n'ont soumis que quatre candidatures au Concours international d'huile d'olive de New York cette année, et une entreprise, Olives Nouvelle-Zélande, a remporté deux Gold Awards avec ses marques Robinsons Bay et Old French Road.

Voir aussi:Les meilleures huiles d'olive de Nouvelle-Zélande de cette année

Stanimiroff a ajouté: "Sur l'île de Waiheke, où nous sommes basés, nous avons eu des précipitations record pour le mois de mars, soit 322 mm, le record depuis le début des records en 1914. En avril, nous avons eu 271.5 mm de pluie supplémentaires depuis 1968. Pas bon pour certains de nos vignerons et les olives. »

Stanimiroff, qui gère le domaine de Rangihoua depuis 1996 et a reçu une série de distinctions pour ses huiles d'olive, a déclaré Olive Oil Times, "A ce stade, je n'ai pas trop goûté à notre EVOO frais pour avoir un avis sur la qualité.

Publicité

Wil et Geritt Kruithoed, propriétaires du domaine oléicole de Moutohora à Thornton, se sont préparés à une baisse de rendement de 90%, blâmant les tempêtes qui ont frappé la baie de l'Abondance en mars.

Wil Kruithoed a déclaré à NZ Farmer au début du mois, "La récolte aurait déjà dû commencer, mais le faible ensoleillement a empêché la récolte de commencer avant deux semaines. » Kruithoed, qui compte sur ses olives Koroneiki pour sauver la situation, a déclaré à NZ Farmer: "J'ai entendu que tout le monde cette année est en baisse de production; au nord, le Wairarapa et probablement aussi le Canterbury. »

Kruithoed a juré de ne pas augmenter les prix de son huile d'olive afin de conserver ses affaires. Il a exprimé son optimisme que les pluies excessives conduiraient à une récolte exceptionnelle l'année prochaine. Le couple néerlandais cultive des olives sur le domaine depuis près de 20 ans et produit de l'huile d'olive primée.

Kerry Hart, copropriétaire d'Azzuro Groves situé sur la péninsule de Te Whau à Waiheke, a décrit une image mitigée lorsqu'il a commencé à récolter fin avril. Hart a déclaré à NZ Farmer que certains de ses bosquets étaient "chargé de fruits »tandis que d'autres portaient très peu. Hart a ajouté, "Ce fut une année difficile, mais je garderai les mêmes prix. »



Olive Oil Times Série Vidéo
Publicité

Articles Relatifs

Commentaires / Suggestions