L'Andalousie déclare son agriculture sans xylella

Après l’achèvement des tests 600 sur des cultures régionales allant des olives aux amandes en passant par les agrumes, l’Andalousie détermine que la peste n’a pas pénétré dans ses frontières.

Avril 1, 2016
Par Erin Ridley

Nouvelles Récentes

Une récente étude centrée sur l'Andalousie a confirmé l'absence de Xylella fastidiosa bactérie dans une gamme de l'agriculture de la région. Les 600 tests ont été administrés sur des oliviers, des amandiers et des agrumes, ainsi que sur des plantes ornementales - et tous dans les régions andalouses d'Almería, Grenade, Málaga et Jaén.

Cette étude préventive a été initiée par le ministère de l'Agriculture de la région dans le cadre d'un plan d'urgence destiné à se conformer aux exigences de l'UE pour empêcher l'entrée et la propagation de la bactérie au sein de l'Union (le plus grand olive oil producer, dont l'industrie pourrait être détruite par l'avancement de Xylella).

Dans le cadre de ce plan, l'Andalousie a mis en œuvre diverses mesures, y compris la série d'analyses susmentionnée. Ces tests de diagnostic ont permis d'analyser la bactérie, sa biologie moléculaire et de permettre une détection précoce de la présence de la maladie.

Depuis sa découverte en Italie dans 2013, Xylella fastidiosa - qui inhibe la capacité des plantes à transporter l'eau et les nutriments - a été enregistrée ailleurs dans l'UE, dont le sud de la France. Jusqu'à présent, l'Espagne n'a pas été affectée, et ces tests affirment que l'agent phytopathogène n'a pas encore pénétré les frontières de l'Andalousie.

Au-delà des tests, d'autres mesures préventives ont notamment consisté à faire respecter les exigences de l'UE concernant l'entrée de matériel végétal en provenance de pays extérieurs. De plus, l'Andalousie a demandé au gouvernement central espagnol d'insister pour que les autorités régionales de tout le pays interdisent l'importation de produits végétaux en provenance des zones touchées par Xylella.

Publicité

C'est tout un effort que la région du sud de l'Espagne prend très au sérieux compte tenu de l'impact économique potentiel si la peste devait s'installer. L'Andalousie est le premier producteur mondial d'huile d'olive, avec 1.5 millions d'hectares de terres dédiés à l'industrie.

Le résultat est que certaines familles 250,000 et plus de municipalités 300 dépendent de l'agriculture oléicole de la région - et espèrent qu'elles pourront continuer à le faire. Jusqu'ici tout va bien pour l'Andalousie, bien que la bataille contre la bactérie soit certainement loin d'être terminée.


Olive Oil Times Série Vidéo
Publicité

Articles Relatifs

Commentaires / Suggestions