Les producteurs algériens s'attendent à la pire récolte en 30 ans

Le plus grand pays d'Afrique du Nord ne devrait produire que 30,000 2022 tonnes d'huile d'olive au cours de la campagne agricole 23/-, soit environ un tiers de la moyenne mobile sur cinq ans.

(Photo AP)
18 novembre 2022
Par Paolo DeAndreis
(Photo AP)

Nouvelles Récentes

Les conditions météorologiques défavorables et les incendies de forêt dévastateurs ont entraîné de faibles attentes pour la récolte des olives en Algérie.

Des observateurs locaux ont dit Olive Oil Times ils s'attendent à ce que la production n'atteigne pas plus de 30,000 2022 tonnes au cours de la campagne agricole 23/94,800. Le rendement moyen en huile d'olive au cours des cinq dernières années se situe à - tonnes.

En Kabylie, nous avons connu non seulement une réduction des olives sur les arbres mais aussi une chute généralisée des feuilles. En plus de cela, c'est une saison de roulement alternée.- Nagueb Ladjouzi, exportateur

S'il est confirmé, le rendement de cette année représenterait une baisse de 70% par rapport à la saison précédente, qui s'est terminée avec des tonnes 98,0000 et serait le plus bas depuis 2009/10, indiquent les données du Conseil oléicole international.

Le gouvernement et les producteurs algériens se sont concentrés sur l'expansion de la production au cours de la dernière décennie et, en 2019/20, ils ont atteint un rendement record en huile d'olive de 126,000 tonnes sur environ 500,000 hectares d'oliveraies.

Voir aussi:Mises à jour des récoltes 2022

On estime que 70 millions d'oliviers sont cultivés dans le pays, et dans les prochaines années, le secteur oléicole algérien vise à planter 400,000 - hectares supplémentaires.

L'importance de l'oléiculture dans le pays a incité le gouvernement algérien à faire sélectionner par l'Institut national de la recherche agronomique 15 olive oil proproducteurs des principales régions productrices de participer au SIAL Paris, salon de l'alimentation et des boissons.

Publicité

Cependant, ces producteurs ont fait face à beaucoup d'adversité cette année. En 2021, des incendies de forêt ont dévasté Tizi Ouzou, une province oléicole très productive de la région de Kabylie.

On estime que les incendies ont détruit entre 10,000 15,000 et - - hectares près de la côte méditerranéenne, à l'est de la capitale, Alger. Dans les zones les plus touchées, les producteurs replantent déjà des oliviers et greffent de nouvelles boutures sur des arbres endommagés qui sont en état d'être restaurés.

"Le climat a beaucoup changé, la sécheresse a tendance à se produire pendant les saisons des pluies, comme l'automne et l'hiver, avec une mauvaise répartition des précipitations au cours de l'année », a déclaré Nagueb Ladjouzi, un exportateur de Kabylie. Olive Oil Times.

"Il affecte de manière significative la production de l'olivier, sa floraison, sa nouaison et son développement », a-t-il ajouté.

Selon Ladjouzi, la baisse de production de cette année est due à chaleur extrème affectant les oliveraies principalement pluviales à un moment où les régimes de précipitations sont modifiés.

Il a déclaré que les précipitations torrentielles soudaines et quelques pluies en automne ne compensent pas les températures plus chaudes que la moyenne enregistrées pendant des mois et un été plus sec que prévu.

"Ces conditions ont entraîné une perte de floraison au printemps qui a affecté toute l'Algérie », a ajouté Ladjouzi. "Et en Kabylie, nous avons connu non seulement une réduction des olives sur les arbres mais aussi une chute généralisée des feuilles. En plus de cela, c'est une saison de roulement alternée.

Les producteurs de Kabylie cultivent principalement la variété d'olive Chemlal.

"Son génome n'a pas changé depuis l'Antiquité, sa génétique reste la même », a déclaré Ladjouzi. "Il est souvent confondu avec la variété Chemlali cultivée en Tunisie, alors qu'il ressemble beaucoup plus au cultivar Carolea cultivé en Calabre, en Italie.

"Les variétés Chamlel et Takesrit développent des arômes qui se caractérisent plus étroitement comme des fruits noirs s'ils sont récoltés à maturité », a-t-il ajouté. "On peut développer des fruits verts en les cueillant tôt, mais leurs arômes seront insignifiants voire insipides.

Même si l'huile d'olive est un ingrédient établi dans la cuisine locale et est généralement considérée comme un remède à plusieurs problèmes de santé, la qualité de l'huile d'olive n'a jamais été une priorité pour la plupart des consommateurs.

Pourtant, les producteurs de haute qualité, principalement situés dans les régions du nord ou du centre du pays, participent de plus en plus aux concours de qualité de l'huile d'olive, leur permettant d'atteindre un public international.

Hakim Alileche, meunier et propriétaire de Dahbia, a souligné la pertinence du marché international pour les producteurs locaux.

"Nous avons commencé notre plantation d'oliviers en 2004 dans la région de Benahar et avons continué à planter jusqu'en 2014, date à laquelle nous avons atteint nos dimensions prévues », a déclaré Alileche. Olive Oil Times. Le producteur compte aujourd'hui 15,000 40 arbres cultivés sur - hectares.

La ferme d'Alileche a commencé à produire de l'huile d'olive il y a cinq ans, en investissant dans un moulin moderne avec des équipements importés d'Italie.

"Cela nous permet de presser nos olives quelques heures après la récolte, parfois en une demi-heure seulement », a-t-il déclaré. "Extraction à froid, sans eau ajoutée ou la chaleur, lance nos produits à une qualité supérieure », a noté Alileche, ajoutant que ses huiles ont été récompensées au Japon et à Dubaï.

Alors que la plupart des olive oil proproduit dans le pays est consommé en interne, Alileche fait partie de ceux qui exportent l'essentiel de son bio huile d'olive extra vierge.

"En ce moment, nous avons une demande de clients qui nous contactent du monde entier », a-t-il déclaré. "Nous exportons déjà vers certains pays européens.

Dahbia, une marque qui représente à la fois le nom de la mère et de l'épouse d'Alileche, a été construite près de la ville de Djelfa, sur le plateau d'Ain Oussera, dans le centre-nord de l'Algérie, où la ferme dispose d'un accès adéquat à l'eau pour l'irrigation.

Les bosquets d'Alilèche représentent environ 18 pour cent de toutes les oliveraies irriguées algériennes, un avantage significatif car changement climatique devrait réduire la quantité de précipitations à l'avenir, selon les données de la Banque mondiale.

Malgré les défis auxquels le secteur est confronté, de nombreuses villes de Kabylie ont célébré le début de la récolte.

"Ils font le soi-disant sacrifice des olives, un rituel organisé par les familles engagées dans la cueillette des olives », a déclaré Ladjouzi. "A la fin des vendanges, un imensi uzemuur a lieu, un repas communautaire qui célèbre l'événement par une soirée conviviale de chants et de danse.

"En Kabylie, l'olivier est sacré », a-t-il conclu.



Publicité

Articles Relatifs

Commentaires / Suggestions