Une revue scientifique établit un lien entre l'adhésion au régime médical et une meilleure santé urologique

Les chercheurs ont examiné près de 1,000 - études pour déterminer les associations entre le régime méditerranéen et l’amélioration des résultats en matière de santé urologique et sexuelle.
Par Simon Roots
30 avril 2024 16:23 UTC

Un important Avis publié dans BMC Urology a montré des liens positifs entre l'adhésion aux La diète méditerranéenne et une amélioration de la santé urologique et de la fonction sexuelle chez les hommes et les femmes.

Les chercheurs ont trouvé des preuves irréfutables suggérant que le régime méditerranéen pourrait prévenir et atténuer de manière significative toute une série de maladies et d’affections urologiques.

Le régime méditerranéen privilégie les céréales complètes, les légumineuses, les fruits, les légumes et huile d'olive extra vierge tout en minimisant la viande rouge et les aliments transformés.

Voir aussi:Nouvelles de la santé

Reconnu scientifiquement pour ses nombreux avantages pour la santé, le régime méditerranéen reste sous-exploré en ce qui concerne son impact sur les affections urologiques telles que la dysfonction sexuelle, les symptômes urinaires, les calculs et les cancers urologiques.

Une revue systématique de 955 articles scientifiques a révélé que l'adoption d'un régime méditerranéen peut prévenir et améliorer efficacement des affections telles que la dysfonction érectile, la néphrolithiase, les symptômes des voies urinaires inférieures et l'incontinence urinaire.

La prévalence d’affections urologiques telles que la dysfonction érectile, l’hypogonadisme, l’hyperplasie bénigne de la prostate, les symptômes des voies urinaires inférieures, l’incontinence urinaire et la néphrolithiase est en augmentation, souvent liée à des comorbidités médicales telles que l’obésité, l’hyperlipidémie, l’hypertension, le diabète sucré et les maladies cardiaques.

Le régime méditerranéen atténue la dysfonction sexuelle

Des études transversales indiquent une prévalence plus faible de dysfonction érectile chez les personnes adhérant au régime méditerranéen, ce qui suggère son potentiel pour atténuer les problèmes urologiques.

De plus, les interventions diététiques peuvent influencer les niveaux de testostérone et la fertilité, bien que des recherches plus approfondies soient justifiées.

Les approches thérapeutiques multimodales, intégrant des modifications du mode de vie telles que des changements de régime alimentaire et une activité physique accrue, sont prometteuses dans la gestion des affections urologiques, comme le recommandent les lignes directrices d'organisations telles que l'American Urological Association.

Les preuves suggèrent que l'adhésion à un régime méditerranéen peut également améliorer l'incidence et les symptômes de la dysfonction sexuelle féminine, à l'instar de son effet sur la dysfonction sexuelle masculine.

L'essai MEDITA a observé une réduction du risque de nouvelle incidence de dysfonctionnement sexuel féminin et d'aggravation des symptômes chez les adhérentes par rapport à un régime pauvre en graisses. Cependant, l'applicabilité de l'essai à la population générale est limitée puisque tous les participants souffraient de diabète au départ.

Voir aussi:La santé sexuelle des hommes pourrait bénéficier de la consommation quotidienne de noix et de MedDiet

Les essais cliniques évaluant l'impact du régime méditerranéen sur les femmes atteintes du syndrome métabolique ont révélé des améliorations significatives des scores de la fonction sexuelle féminine sur deux ans, contrastant avec des changements minimes dans le groupe témoin.

Des études transversales indiquent également une prévalence plus faible de dysfonctionnement sexuel féminin chez les femmes adhérant au régime, bien que confondue par des facteurs tels que l'IMC et la dépression.

Bien que les mécanismes exacts qui sous-tendent les bienfaits du régime méditerranéen sur la dysfonction sexuelle féminine restent flous, des hypothèses incluent ses propriétés anti-inflammatoires et antioxydantes.

Publicité
Publicité

La dysfonction sexuelle féminine est multifactorielle, influencée par des facteurs psychologiques et physiologiques, nécessitant une approche multidisciplinaire parallèlement aux interventions diététiques.

Dans l’ensemble, les avantages potentiels du régime alimentaire en matière de dysfonctionnement sexuel correspondent à son rôle dans le maintien d’un poids corporel sain, la réduction de la consommation de graisses saturées et l’atténuation du stress inflammatoire.

L’adhésion au régime méditerranéen est bénéfique pour la santé des voies urinaires et de la prostate

Bien que les recherches scientifiques sur les effets de l'alimentation sur les symptômes des voies urinaires inférieures et sur l'hyperplasie bénigne de la prostate soient limitées, certaines études suggèrent des avantages potentiels.

Dans l’étude de suivi des professionnels de la santé, une consommation plus élevée de légumes, de β-carotène et de lutéine a été associée à une incidence réduite de troubles des voies urinaires inférieures et d’hyperplasie bénigne de la prostate, ce qui indique une utilité potentielle.

Cependant, les hommes présentant des symptômes modérés d’hyperplasie bénigne de la prostate ont été exclus de l’analyse, ce qui limite les perspectives pour ce groupe.

Dans le bras placebo de l’essai sur la prévention du cancer de la prostate, une consommation totale plus élevée de graisses était corrélée à un risque accru d’hyperplasie bénigne de la prostate, tandis qu’une consommation fréquente de légumes réduisait le risque.

Il est intéressant de noter que des facteurs alimentaires tels que la consommation de graisses polyinsaturées étaient associés à un risque accru d’hyperplasie bénigne de la prostate, suggérant des interactions complexes.

Ces résultats impliquent qu'un régime méditerranéen, riche en légumes et en protéines tout en étant faible en graisses totales, peut atténuer le risque d'hyperplasie bénigne des voies urinaires et de la prostate, soulignant l'importance des choix alimentaires dans la gestion de ces conditions.

Les antioxydants contenus dans MedDiet peuvent améliorer les résultats de l'incontinence urinaire

Alors que les études se concentrent principalement sur les avantages de la perte de poids en cas d'incontinence urinaire, quelques-unes suggèrent des avantages supplémentaires liés aux facteurs alimentaires.

Pour les hommes atteints d’un cancer de la prostate, une consommation plus élevée de légumes a amélioré l’incontinence urinaire, tandis qu’une consommation accrue de graisses polyinsaturées et monoinsaturées l’a aggravée.

Une étude transversale sur les femmes a révélé qu'une consommation élevée de graisses saturées était corrélée à un risque accru d'incontinence urinaire, tandis qu'une consommation accrue de glucides et de sucre le réduisait.

De plus, un apport total élevé en graisses est corrélé au risque d’incontinence urinaire d’effort chez les femmes de plus de 40 ans. Les régimes induisant une inflammation, comme le régime occidental, sont associés à l’incontinence urinaire d’urgence.

Bien que l'impact direct du régime méditerranéen sur l'incontinence soit sous-exploré, des preuves suggèrent ses avantages potentiels, en particulier pour l'incontinence urinaire d'effort et d'urgence, en raison d'une plus faible teneur en graisses saturées et d'une teneur plus élevée en légumes et en antioxydants.

La relation complexe entre le régime Med et les maladies liées aux calculs

L’alimentation joue un rôle important dans la maladie des calculs en raison de divers facteurs de risque métaboliques. Un indice de masse corporelle (IMC) et une résistance à l'insuline plus élevés diabète de type 2 les patients augmentent le risque de néphrolithiase, en particulier pour les calculs d'acide urique.

Le régime méditerranéen réduit le risque de formation de calculs, comme en témoignent des études de cohorte montrant une diminution de l'incidence de l'adhésion au régime méditerranéen.

Cependant, certaines études contredisent cela, notant que les formateurs de calculs consomment moins d'huile d'olive et que la teneur spécifique en graisses alimentaires peut affecter le risque de calculs.

Le mécanisme du régime méditerranéen implique une alcalinisation urinaire due à la consommation de fruits et une augmentation urinaire du citrate, du magnésium et du phytate dans les grains entiers, qui inhibent la formation de calculs.

Néanmoins, les aliments riches en oxalate comme les amandes et les épinards peuvent présenter un risque. Le régime DASH, similaire au régime méditerranéen mais avec moins de sodium, réduit également le risque de calculs.

Cependant, une restriction en sodium et un faible apport en protéines animales sont conseillés pour les personnes qui forment des calculs hypercalciuriques, et des essais montrant une réduction des taux de calcium urinaire sans augmenter l'excrétion d'oxalate le confirment.

Associations entre régime méditerranéen et cancer de la prostate

La recherche explore en profondeur le rôle de l'alimentation dans le cancer de la prostate, en évaluant à la fois le risque et le pronostic après le diagnostic.

Une étude cruciale réalisée en 2005 par l'Université de Californie à San Francisco a indiqué que des changements intensifs dans le mode de vie pourraient influencer la progression du cancer de la prostate.

Les patients sous surveillance active qui consommaient un régime riche en fruits, légumes, céréales complètes et soja, ainsi que des exercices aérobiques modérés réguliers, ont présenté une diminution des taux d'antigènes spécifiques de la prostate, ce qui suggère des avantages potentiels pour les patients sous surveillance active. Cependant, la mesure seule de la cinétique de l’antigène spécifique de la prostate ne permet pas de saisir pleinement la progression du cancer de la prostate.

Voir aussi:Le régime méditerranéen diminue les dommages causés à l'ADN chez les hommes atteints du cancer de la prostate

L’impact spécifique d’un régime méditerranéen sur le cancer de la prostate reste incertain. Bien que l'étude de suivi des professionnels de la santé n'ait trouvé aucun lien entre le régime méditerranéen et le risque avancé de cancer de la prostate, les hommes ayant une plus grande adhésion au régime méditerranéen après le diagnostic ont présenté un risque de mortalité réduit.

Notamment, ceux qui adhèrent au régime présentaient souvent un mode de vie globalement plus sain. Certaines études suggèrent que l'huile d'olive et certains nutriments comme la vitamine E, la vitamine C, le sélénium et le lycopène peuvent conférer des bienfaits, mais les résultats sont incohérents.

Dans l'ensemble, les preuves concernant l'influence de l'alimentation sur le cancer de la prostate restent peu concluantes, nécessitant des recherches plus approfondies malgré les indications de bénéfices potentiels pour les hommes atteints d'une maladie à faible risque sous surveillance active.

Les preuves suggèrent une association entre Med Diet et un risque plus faible de cancer de la vessie

L’efficacité d’un régime méditerranéen dans la prévention du cancer de la vessie présente également des résultats mitigés.

L'étude européenne prospective sur le cancer et la nutrition (EPIC), impliquant 477,312 - participants à travers l'Europe, a noté un potentiel risque réduit du cancer de la vessie avec l'observance du régime méditerranéen, bien que statistiquement insignifiant.

Notamment, les fumeurs actuels, en particulier les gros fumeurs et les fumeurs de longue date, ont montré un risque réduit, probablement en raison de la teneur élevée en antioxydants du régime méditerranéen, qui neutralise les dommages à l'ADN induits par le tabagisme.

Une autre étude cas-témoins a mis en évidence une association négative, indiquant un risque plus faible avec une plus grande adhésion au régime méditerranéen.

Voir aussi:L'huile d'olive offre un rôle prometteur dans le traitement du cancer de la vessie

Cette étude a spécifiquement souligné les bienfaits des légumineuses, des légumes et du poisson pour leurs propriétés anti-inflammatoires. Cependant, il manquait un groupe témoin pour l’activité physique, un facteur de protection connu contre le cancer de la vessie.

Une méta-analyse de 13 études de cohortes prospectives a renforcé ces résultats, suggérant un risque réduit de cancer de la vessie avec une forte adhésion au régime méditerranéen, potentiellement lié à une consommation accrue d'huile d'olive et polyphénols lutter contre l’inflammation et le stress oxydatif, notamment dus au tabagisme.

Malgré ces indications prometteuses, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour comprendre pleinement l’impact de l’alimentation sur le risque de cancer de la vessie.

L'adhésion au régime méditerranéen pourrait réduire le risque de cancer du rein

Il existe peu de littérature sur les effets à long terme d’un régime méditerranéen sur le risque de cancer du rein.

Cependant, l’obésité est liée à son développement en raison d’un stress inflammatoire accru et d’une résistance à l’insuline, qui favorisent la prolifération cellulaire et inhibent l’apoptose (mort cellulaire), favorisant ainsi la formation de tumeurs. Des méta-analyses ont montré qu'un IMC plus élevé est en corrélation avec un risque relatif accru de carcinome rénal.

Alors que de nombreuses sources valident l’association entre obésité et cancer du rein, les analyses prospectives longitudinales évaluant le régime méditerranéen comme stratégie de prévention sont rares.

Des études cas-témoins menées dans les pays méditerranéens suggèrent qu'une alimentation riche en huile d'olive, en légumes, en céréales complètes et en poisson pourrait réduire l'incidence du cancer du rein.

Par exemple, une consommation élevée de légumes cuits et de volaille et une faible consommation de viande transformée sont associées à un risque réduit, tandis qu’une consommation élevée de pain est liée à un risque élevé.

La présence d'acides gras insaturés dans l'huile d'olive et le poisson, ainsi que d'antioxydants dans les légumes, peuvent contribuer à cet effet protecteur.

Cependant, des recherches supplémentaires sont nécessaires pour déterminer le potentiel du régime méditerranéen dans la prévention du cancer rénal par rapport aux régimes riches en antioxydants.



Publicité
Publicité

Articles Relatifs