`Saison d'abondance - Olive Oil Times

Saison d'abondance

Décembre 9, 2010
Joelle Laffitte

Nouvelles Récentes

Par Joëlle Laffitte
Olive Oil Times Contributeur | Reportage de Paris

L'hiver est arrivé tôt. Paris a vu sa première neige de la saison cette semaine, et mon minuscule jardin d'herbes est recouvert de blanc. Les lumières de Noël scintillent déjà dans certaines rues et les vitrines des magasins sont habillées d'étoiles scintillantes blanches et de tissus cramoisis. Les arômes de levure et de douceur des pains et pâtisseries cuits au four sont particulièrement attrayants par le froid, et les hommes en manteau noir sortent des boulangeries avec des emballages soigneusement emballés attachés en petits nœuds rouges. Les petites dames en chapeaux garnis de fourrure se précipitent dans les boucheries et les chocolateries, et foie gras est sur chaque menu de restaurant, café et brasserie. C'est la saison de l'indulgence. À cette période de l'année, les Français sont toujours prêts à s'offrir un peu plus, que ce soit des truffes, des chocolats ou des vins fins.

Pour moi, ces indulgences passent par le salon annuel de la gastronomie, une grande exposition des meilleurs produits artisanaux de France, où des fournisseurs de tout le pays viennent montrer leur éclat. Si jamais il y avait un moment et un endroit pour goûter crème de la crème, Ça y est. J'étais étourdi d'anticipation en dépoussiérant mon béret et en marchant péniblement dans la neige, grand panier vide à la main, prêt à tout. Et j'ai eu un peu de tout. J'ai goûté les fromages et les pains en premier, remplissant rapidement mon panier de fromages au lait de brebis et d'une grosse baguette à base de levures sauvages. Ensuite, il y a eu le saumon sauvage et les huîtres, et les petits pots de caviar qui ont fait que mon mari est devenu faible et spontanément généreux avec son portefeuille. Je l'ai laissé aux œufs de truite pendant que j'attendais mon tour dans une file d'attente qui s'enroulait deux fois pour des assiettes de pieds de porc farcis servis avec une généreuse portion de Aligot, une purée de pommes de terre avec autant de fromage
caché en eux aussi humainement possible.

Il y avait, bien sûr, une abondance d'olives et d'huiles d'olive contenant toutes les variétés d'olives françaises, y compris ma préférée, la glorieuse Lucque. Un expert et enthousiaste vendeuse a décrit les différentes régions du sud de la France où les olives sont cultivées et récoltées, puis m'a gentiment montré comment bien goûter chaque huile, en me tendant une petite tasse et en me demandant de la rouler soigneusement dans ma bouche pendant un moment avant de l'avaler . Je les ai tous aimés, et j'ai été particulièrement pris par le poivré olive oil produit par la Picholine du Gard, mais au final, la Lucque aura toujours mon cœur. C'est une bonne chose que j'aie donné une chance à chaque huile, car j'avais besoin de quelque chose pour protéger mon estomac de l'assaut des vins que j'ai aspergés ensuite. Je suis rentré avec trois bouteilles, ayant goûté six fois plus de vins.

J'ai reçu une éducation occasionnelle mais longue sur Bordeaux d'une femme polie qui est devenue complètement horrifiée quand j'ai mentionné que j'aime stocker mes vins dans la cheminée, avant d'avoir la chance d'expliquer que je laisse la grippe ouverte pour les garder au frais et à l'abri. J'ai pas fait de feu là-dedans depuis des années. Elle a donc dû imaginer des flammes menaçantes à quelques centimètres des précieuses bouteilles. Quand j'ai expliqué dans mon français moins que parfait, l'expression de soulagement qui la submergeait n'avait pas de prix. Nous avons partagé un bon rire avec un autre "goûter »avant de me rendre au charcuterie, où il y avait des saucisses alléchantes et des rillettes en pot, un incontournable partout en France. Si vous n'êtes pas familier avec rillettes, c'est simplement de la viande (chevreuil, porc, oie et canard en sont quelques exemples) qui a été déchiquetée et conservée dans la graisse et assaisonnée. J'ai ramassé un pot de venaison et de sanglier, gardant ce dernier pour l'étaler sur de petits toasts et le servir à des amis à l'heure de l'apéritif. Quant à la venaison, je dois avouer avoir polie moi-même la marmite, l'étaler sur une baguette le midi, accompagnée de petits cornichons.

J'ai mentionné que c'était la saison pour se faire plaisir, et à ce titre, je ne pouvais pas laisser les festivités sans dessert. J'ai toujours cru aux fins douces, et comme j'avais déjà fait des folies de toute façon, pourquoi ne pas sauter pour quelques - ou quelques dizaines - de macarons? J'ai choisi un boulanger qui aime s'en tenir à la tradition, et comme elle l'a facilement expliqué, les macarons traditionnels ne sont pas de couleurs flashy, ni de garniture. Ils sont doux et denses et infusés d'arômes naturels de pistache, d'abricot, de cassis, de chocolat ou de violette. Chacun est spécial, donc, comme pour les huiles d'olive, j'avais évidemment besoin d'un avant-goût de chacun. Le charmant jeune boulanger était heureux de se faire plaisir
moi. Je suppose qu'elle pourrait dire que je reviendrai pour plus.

Vous pensez peut-être que je n'aurais pas faim pour le dîner après une journée complète de dégustation, mais c'est ma devise de ne jamais laisser un manque momentané de faim s'interposer entre moi et un repas parfait. D'ailleurs, le plus lourd de mon panier, à part les bouteilles de vins et d'huiles, était une grande plaque d'échine de porc fumée, une coupe si tendre et succulente qu'il semble même faux de vous en parler, comme je ne l'ai jamais vue ailleurs. . La madame et le monsieur qui le vendaient rayonnaient de fierté quand je revins le lendemain, avide de plus du porc séché que j'avais déjà (peut-être goulûment) fini. À ma grande déception, ils en avaient vendu, mais comme j'avais tellement allégé mon portefeuille en faisant un détour par une dégustation de Bourgogne, je pensais que c'était tout aussi bien.

Je me sentais comme un gamin à Noël, surexcité et ayant dépensé toute mon allocation pour la première chose que j'ai vue, sans me souvenir d'en garder pour plus tard. Heureusement, comme dans l'enfance, mes aînés ont eu pitié, et ces agriculteurs n'allaient pas me laisser rentrer chez eux sans jambon. Ils ont accepté un très petit don en échange de ce qui s'est avéré être les meilleures saucisses fumées que j'aie jamais mangées. Après tout, en plus d'être la saison de l'indulgence, c'est aussi la saison du don. Reconnaissant pour cela, je suis rentré chez moi dans la neige, mon panier plein de bonne volonté et mon verre de vin débordait.

Publicité

Articles Relatifs

Commentaires / Suggestions