L'amélioration de l'efficacité de l'eau est primordiale pour l'avenir des agriculteurs californiens, selon les responsables

Les producteurs devront économiser plus d’eau et en utiliser moins, car l’État deviendra probablement plus sec à long terme.
Le pont commémoratif James E Roberts, près du parc national de Yosemite
Par Thomas Sechehaye
Peut. 27 juillet 2024 16:58 UTC

Il est difficile d’exagérer l’importance de la Californie pour l’agriculture américaine.

Selon le rapport Nourrir l’économie 2023 rapport, près de 13 pour cent – ​​soit 1.1 1.0 milliards de dollars (- - milliards d’euros) – de la production agricole des États-Unis proviennent de Californie.

Nous continuerons à avoir ces courtes périodes de fortes pluies, mais les sécheresses ne disparaîtront pas de sitôt. Nous devons toujours nous préparer à la prochaine sécheresse, même s'il pleut actuellement dehors.- Caitlin Peterson, directrice associée, PPIC Water Policy Centre

Le Golden State est de loin le plus grand producteur agricole des États-Unis. Le Texas et New York, deuxième et troisième, se combinent pour produire autant de production agricole que la Californie.

L'État est également responsable de la quasi-totalité de la production américaine d'huile d'olive, le California Olive Oil Council, une association professionnelle, estimant que le Golden State produit entre deux et quatre millions de gallons (7.5 à 15 millions de litres) chaque année.

Voir aussi:Une gestion de pointe de l'irrigation entraîne une augmentation des rendements en Californie

En conséquence, l'eau est une priorité pour de nombreux agriculteurs, y compris les oléiculteurs de l'État, et un point de tension croissant entre les Californiens ruraux et urbains, surtout après des années de sécheresse intense.

Selon le Département des ressources en eau de Californie (DWR), l'agriculture représente environ 40 pour cent de la consommation totale d'eau de l'État et environ 80 pour cent de toute l'eau exploitée, qui est contrôlée et gérée à diverses fins en Californie.

L'hiver humide de l'État a sorti pratiquement toute la Californie de la sécheresse, selon le Moniteur de sécheresse américain. Pourtant, les autorités hésitent à améliorer l'efficacité de l'utilisation de l'eau à des fins agricoles pour répondre aux besoins en eau de l'État.

"Il est important de comprendre que toutes les régions de Californie sont vulnérables à changement climatique, et leurs vulnérabilités sont souvent interconnectées, y compris dans l'agriculture et la gestion de l'eau », a déclaré Sabrina Cook, responsable de la section de mise en œuvre de l'efficacité de l'utilisation de l'eau du DWR. Olive Oil Times.

Elle a déclaré qu'une partie de la responsabilité de l'amélioration de l'efficacité de l'eau incombe aux fournisseurs d'eau agricole, dont les plus importants doivent soumettre des plans de gestion comprenant une description des meilleures pratiques professionnelles.

Dans la fertile vallée de San Joaquin, qui comprend la moitié sud de la vallée centrale de l'État, les autorités renforcent déjà la réglementation sur l'eau, ce qui, selon certains, pourrait stimuler la culture de l'olivier en zone aride dans la région.

Mike Anderson, climatologue au DWR, a averti que l'hiver humide de l'État est le résultat des conditions atmosphériques actuelles et ne doit pas être considéré comme un répit à long terme face à la sécheresse.

"Alors que les facteurs climatiques aiment El Niño « Les changements climatiques qui affectent la Californie, chaque année, l'approvisionnement en eau et les risques d'inondation et de sécheresse sont déterminés par le moment, le rythme et l'ampleur des rivières atmosphériques », a déclaré Anderson. Olive Oil Times.

Il a expliqué que lorsque de grosses tempêtes se rapprochent, le rythme s'accélère et des inondations ont tendance à se produire. D’un autre côté, des conditions de sécheresse surviennent lorsque la Californie ne subit pas ces tempêtes et connaît des journées plus chaudes et plus sèches en hiver.

"Les réservoirs et les eaux souterraines constituent un tampon contre les conditions sèches qui peuvent survenir au cours d’une seule année sèche », a-t-il déclaré. "Plusieurs années sèches ont tendance à entraîner des conséquences plus importantes de la sécheresse.

Caitlin Peterson, directrice associée et chercheuse au Water Policy Center du Public Policy Institute of California, a confirmé que les abondantes pluies hivernales ont atténué la sécheresse, mais a averti qu'il ne s'agissait peut-être que d'un sursis.

"Grâce à l'hiver impressionnant de 2023 et aux précipitations continues de cette année », a-t-elle déclaré. Olive Oil Times. "C'est une excellente nouvelle pour l'agriculture et les systèmes d'approvisionnement en eau de l'État.

Publicité
Publicité

Cependant, Peterson a ajouté que tous les indicateurs pointent vers des périodes de sécheresse plus fréquentes et plus longues et des balançoires plus grandes en intensité entre les périodes de sécheresse et de pluie dans l'avenir de la Californie.

"Nous continuerons à avoir ces courtes périodes de fortes pluies, mais les sécheresses ne disparaîtront pas de sitôt », a-t-elle déclaré. "Nous devons toujours nous préparer à la prochaine sécheresse, même s'il pleut actuellement dehors.

Alors que la Californie se prépare à davantage de pluie, la question se pose de savoir si cela contribuera à remplir les aquifères, les réservoirs et les bassins d’eau.

Voir aussi:Corto parie sur les olives comme culture du futur dans une vallée en mutation de Sacramento

"Pour remplir les réservoirs, une tempête à volume élevé et de courte durée est aussi efficace qu’une autre », a déclaré Peterson. "Nos réservoirs sont globalement en assez bon état pour le moment ; tous, sauf quelques-uns, contiennent plus d’eau que la moyenne historique pour cette période de l’année. C’est une différence flagrante par rapport à notre position en février 2022. »

"Malheureusement, »Des phénomènes météorologiques « flashy » comme celui-ci ne sont pas aussi utiles pour remplir les aquifères souterrains », a-t-elle ajouté. "Pour que la recharge se produise, l’eau doit avoir un certain temps de séjour, ce qui signifie qu’elle doit rester un certain temps pour avoir le temps de s’infiltrer dans le sol.

Lorsque les sols sont saturés d’eau, l’eau supplémentaire s’écoule dans les cours d’eau ou les systèmes de drainage au lieu de s’infiltrer jusqu’à la nappe phréatique.

"Une partie de cette quantité peut être stockée dans nos réservoirs et libérée plus tard dans la saison pour être utilisée pour la recharge des eaux souterraines, mais cela pose des défis car les exploitants de réservoirs doivent également penser à la gestion des risques d'inondation, à l'hydroélectricité et à assurer un approvisionnement suffisant à d'autres fins », Peterson. dit.

Alors que la pluie continue de s'abattre sur l'État, des inquiétudes quant aux dommages potentiels surgissent, certains craignant que des tempêtes de grande ampleur et à court intervalle causent plus de dégâts aux infrastructures et aux cultures qu'elles n'apportent d'aide.

"Alors que la Californie voit davantage de précipitations tomber sur des périodes plus courtes et plus intenses, le DWR travaille avec des partenaires fédéraux, étatiques et locaux pour collaborer et coordonner les opportunités visant à améliorer la recharge des eaux souterraines lorsque des tempêtes plus importantes surviennent et à mettre à jour les opérations du réservoir », a déclaré Anderson.

"Ce schéma de tempêtes plus ponctuelles séparées par des vagues de chaleur deviendra plus courant pendant notre saison des pluies », a-t-il ajouté. "Les impacts des inondations sur les infrastructures et les cultures dépendent "le moment, le rythme et l’ampleur des tempêtes fluviales atmosphériques.

Bekele Temesgen, scientifique spécialisé dans l'utilisation des terres et de l'eau au DWR, estime que l'éducation est essentielle pour améliorer l'efficacité de l'utilisation de l'eau parmi les agriculteurs de l'État et met l'accent sur l'utilisation de outils libres comme le California Irrigation Management Information System (CIMIS).

CIMIS est un réseau de stations météorologiques agroclimatiques automatisées qui collectent des données météorologiques, telles que le rayonnement solaire, la température de l'air, la vitesse du vent et l'humidité relative, et calculent l'évapotranspiration de référence.

Temesgen a déclaré que CIMIS aide les agriculteurs à économiser de l'eau, de l'énergie et de l'argent en les informant d'appliquer la bonne quantité d'eau au bon moment.

"Une étude récente de l'Université de Californie à Berkeley a révélé que l'utilisation des données CIMIS permettait d'économiser au moins cinq millions d'acres (six milliards de mètres cubes) d'eau par an dans l'agriculture », a déclaré Temesgen. Olive Oil Times. "Cela se traduit par une économie monétaire d’au moins 1.5 milliard de dollars (1.4 milliard d’euros) en coûts d’eau urbaine pour l’irrigation des paysages.

"En plus de ces économies, utiliser la bonne quantité d’eau au bon moment améliorera la santé environnementale en réduisant le ruissellement de surface et la percolation profonde de l’eau contaminée et nous aidera à atténuer les impacts du changement climatique en réduisant la consommation d’énergie », a-t-il ajouté.

Selon Temesgen, les données collectées par CIMIS permettent aux oléiculteurs de déterminer les besoins en eau des cultures. Cela peut être fait en multipliant l'évapotranspiration de référence par le coefficient de culture des olives disponible sur le site Internet.

En outre, l'État offre une série de subventions aux entreprises agricoles, notamment aux oléiculteurs, pour investir dans des projets d'économie d'eau et d'utilisation efficace. Parmi ceux-ci figure un programme de 23.3 millions de dollars (21.7 millions d'euros) offrant des subventions aux agriculteurs qui limitent leur utilisation de l'eau à des fins agricoles.

Cook a déclaré que jusqu'à présent, six de ces subventions couvrant 4,317 1,747 acres (- - hectares) de terres avaient été accordées, "réduisant de manière permanente la demande sur les aquifères de Californie tout en restant disponible pour la protection contre les inondations, la recharge active des eaux souterraines et l'agriculture locale durable.


Publicité
Publicité

Articles Relatifs