La Banque européenne octroie de nouveaux fonds pour des projets d'oléiculture et d'irrigation en Tunisie

Le financement combiné de 55 millions d'euros intervient alors que les responsables du secteur italien de l'huile d'olive demandent à la Commission européenne de mettre fin à ses quotas d'importation en franchise de droits depuis la Tunisie.
Janvier 17, 2022
Paolo De Andreis

Nouvelles Récentes

L'huile d'olive tunisienne a confirmé son rôle pivot parmi les produits agricoles du pays en 2021.

Malgré un récolte diminuée, l'huile d'olive constitue encore 37 pour cent de toutes les exportations alimentaires et agricoles.

L'oléiculture est l'une des activités agricoles les plus pertinentes et elle exerce un rôle central pour ses ramifications socioculturelles, favorisant le développement et limitant le dépeuplement dans les zones rurales.- Massimiliano Giansanti, président, Confagricoltura

Selon les chiffres récemment publiés de l'Institut national de la statistique, la Tunisie a exporté 198,400 2021 tonnes d'huile d'olive en -, en baisse par rapport au 386,900 2020 tonnes de -.

Voir aussi:Nouvelles du commerce de l'huile d'olive

Alors que la réduction des volumes a affecté la valeur globale des exportations, qui a chuté de 26 pour cent, l'Observatoire national de l'agriculture (ONAGRI) a noté que le prix de l'huile d'olive au kilogramme a grimpé en flèche de 45 pour cent en 202, par rapport à l'année précédente, pour atteindre 8.62 dinars tunisiens (TND) égal à 2.63 €.

En 2021, grâce à réformes bureaucratiques en cours et investissements internationaux, tunisiens olive oil proles producteurs et les embouteilleurs devraient doubler leurs exportations d'huile d'olive au cours des cinq prochaines années.

Parallèlement à la hausse des exportations, la qualité de l'huile d'olive en Tunisie a également augmenté ces dernières années, les producteurs remportant un nombre record de récompenses au NYIOOC World Olive Oil Competition au cours de chacune des quatre dernières années.

Voir aussi:Les meilleures huiles d'olive de Tunisie

Parmi les raisons de l'influence croissante de la Tunisie dans le secteur mondial de l'huile d'olive figurent les investissements et le soutien internationaux qui ont contribué à diffuser l'oléiculture dans le pays et à adopter des techniques et des machines agricoles modernes.

Ces dernières semaines, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) a confirmé un nouveau prêt de 6.2 millions d'euros à la Compagnie Générale des Industries Alimentaires (COGIA) pour aider à renforcer le secteur oléicole dans le pays.

COGIA, l'un des principaux fabricants de produits alimentaires du pays, utilisera ces fonds pour favoriser la production, la mise en bouteille et les exportations. Pour soutenir les exportations du pays, il y a eu six projets financés par la BERD pour l'oléiculture en Tunisie depuis 2017.

Depuis le début de ses opérations en Tunisie en 2012, la BERD a confirmé avoir investi plus de 1.3 milliard d'euros dans 55 projets dans le pays.

En plus des fonds destinés à l'agriculture locale, la BERD a également , un prêt de 49 millions d'euros au ministère tunisien de l'agriculture, des ressources hydrauliques et de la pêche destiné à améliorer l'accès à l'eau d'irrigation pour plus de 6,800 - agriculteurs et leurs familles.

Ces fonds permettront de remettre en état des puits profonds et des infrastructures hydrauliques vieillissantes dans les régions du sud telles que Gabès, Gafsa, Kebili et Tozeur dont près de 40 oasis sont "la principale source d'emplois et de revenus dans la région, l'agriculture irriguée fournissant des emplois à 35 % de la population active », a écrit la BERD dans une note de presse.

Le projet de la BERD s'inscrira dans la lignée des plans stratégiques de développement annoncés par la Tunisie pour une gestion durable de l'eau dans les régions du sud.

La modernisation des infrastructures, "abordera également l'épuisement des ressources en eaux souterraines non renouvelables grâce à l'élaboration d'une stratégie durable à long terme pour faire face à la pénurie d'eau dans la région, ainsi qu'un programme de formation pour les agriculteurs afin de promouvoir des pratiques agricoles et une gestion de l'eau plus durables et d'identifier des alternatives sources de revenus ».

Voir aussi:Le Royaume-Uni baisse les tarifs sur les importations tunisiennes d'huile d'olive après la signature d'un accord commercial

Selon le président de l'Union tunisienne de l'agriculture et de la pêche, Abdelmajid Ezzar, il faudrait faire plus pour assurer Les prix de l'huile d'olive tunisienne reflètent la haute qualité du produit local.

Il a ajouté que l'huile d'olive tunisienne était vendue sur les marchés internationaux en 2021 à un prix d'environ 1.75 €, bien moins que l'huile d'olive italienne, qui se vendait souvent au-dessus de 3.50 €.

La plupart des exportations tunisiennes d'huile d'olive sont destinées à l'Union européenne dans le cadre du contingent en franchise de 56,700 - tonnes. Le bloc de 27 membres est également parmi les principaux sponsors de la BERD elle-même et certains au sein de l'UE ont commencé à demander une révision de l'approche actuelle.

"La Tunisie est l'un de ces pays où l'oléiculture a connu une croissance régulière ces dernières années », a déclaré Massimiliano Giansanti, président de l'organisation agricole nationale italienne Confagricoltura. Olive Oil Times.

"Sa surface oléicole atteint 20% de l'ensemble du territoire et sa production est désormais proche de -% des rendements mondiaux », a-t-il ajouté. "L'oléiculture est l'une des activités agricoles les plus pertinentes et elle exerce un rôle central pour ses ramifications socioculturelles, favorisant le développement et freinant le dépeuplement dans les zones rurales.

Giansanti a ajouté que les mesures actuelles de l'UE pour soutenir les exportations tunisiennes remontent au lendemain de la attentat terroriste de 2015 à Port El Kantaoui, au cours de laquelle 38 personnes ont été tuées après que des hommes armés ont ouvert le feu sur une station touristique populaire. Les attentats ont incité l'Union européenne à se déplacer en soutien de l'économie du pays.

Cependant, certains membres du secteur de l'huile d'olive estiment que suffisamment de temps s'est écoulé et que les conditions ont changé.

"La Confagricoltura s'est activement efforcée d'éviter le renouvellement des conditions facilitées pour les exportations tunisiennes vers l'Union européenne », a déclaré Giansanti.

Plusieurs politiciens demandent également à la Commission européenne d'enquêter sur la question.

Lors d'une récente audition, Raffaele Fitto, président du groupe italien ECR-Fratelli d'Italia, a demanda Bruxelles "d'évaluer les effets potentiels des mesures adoptées sur le secteur européen de l'huile d'olive » et d'envisager "une suspension temporaire des accords entre l'UE et la Tunisie.

"Le programme de soutien de la Tunisie à l'oléiculture n'est pas en cause, ainsi que d'autres interventions de l'UE pour les pays les moins avancés », a ajouté Giansanti, dont l'association a porté la question devant les régulateurs italiens et européens.

"Nous comprenons la nécessité pour l'Union européenne d'être solidaire d'un pays, comme la Tunisie, fragilisé par des actes terroristes et par une instabilité politique ou économique due à des événements internes », a-t-il déclaré.

"Cependant, nous devons évaluer si les incitations au développement de la chaîne d'approvisionnement peuvent coexister avec la facilitation des droits pour les exportations tunisiennes d'huile d'olive vers le marché européen », a conclu Giansanti.



Publicité

Articles Relatifs

Commentaires / Suggestions