Un agriculteur belge poursuit une entreprise énergétique pour dommages climatiques

Hugues Falys souhaite que le géant de l'énergie TotalEnergies soit en partie responsable du temps sec et chaud qui a impacté son activité d'élevage et d'agriculture.
Hugues Falys
Par Costas Vasilopoulos
1 avril 2024 16:43 UTC

L'agriculteur Hugues Falys a intenté une action en justice contre la société pétrolière et gazière française TotalEnergies, affirmant avoir subi un préjudice professionnel en raison du dérèglement climatique de l'entreprise.

Falys, éleveur et producteur de céréales et de légumes du Hainaut, province de Wallonie et de Belgique, a fait valoir que TotalEnergies, l'une des principales entreprises émettrices de dioxyde de carbone au monde, devait être tenue responsable d'une partie des dommages causés à son entreprise par le conditions météorologiques défavorables entre 2016 et 2022.

Selon ses dires, durant cette période, les sécheresses successives ont eu un impact sur les cultures fourragères poussant dans ses champs, l'obligeant à acheter du foin pour ses animaux et finalement à posséder moins de bovins.

Voir aussi:Des militants espagnols font pression pour l’interdiction du glyphosate après l’échec de l’UE à parvenir à un consensus

"Changement climatique cela a un impact tangible sur mon travail et ma vie : pertes de rendement, travail supplémentaire et stress lié à un calendrier de culture perturbé », a déclaré Falys dans un communiqué. communiqué de presse. "Mon métier est intimement lié au climat. Ces dernières années, le changement climatique a causé de nombreux dégâts aux agriculteurs et nous a laissé incertains quant à l’avenir.»

Des recherches scientifiques ont indiqué qu'une grande partie de l'Europe est en proie à une sécheresse depuis 2018, les pays d'Europe centrale étant également touchés. significativement affecté.

Connu en Belgique sous le nom »Dans l'affaire Farmer, Falys demande une compensation pour les dommages causés à son entreprise et une ordonnance judiciaire pour que l'entreprise cesse de nouveaux investissements dans des projets d'exploitation de combustibles fossiles. Greenpeace et deux autres organisations non gouvernementales soutiennent son procès.

Reuters a rapporté qu'il s'agit du premier procès lié au changement climatique contre une entreprise multinationale dans les chroniques du droit belge.

L'agriculteur et ses partisans affirment également que TotalEnergies est conscient de l'impact de ses opérations sur le climat depuis les années 1970 mais a délibérément choisi de s'abstenir de toute mesure pour ne pas nuire à son activité.

TotalEnergies est le plus grand distributeur de huile en Belgique et le cinquième plus rentable au monde. Elle exploite une raffinerie de huile et une usine pétrochimique à Anvers.

Greenpeace a inclus la multinationale française dans la liste mondiale des 21 sociétés énergétiques qui, ensemble, représentent plus d'un tiers des émissions mondiales de gaz à effet de serre.

Le procès Falys intervient quelques mois après qu'un tribunal de Bruxelles a jugé que le gouvernement belge devait prendre des mesures supplémentaires pour réduire les émissions de gaz à effet de serre du pays.

Plus précisément, la Cour d'appel de Bruxelles a ordonné au gouvernement de réduire ses émissions d'au moins 55 % d'ici 2030 par rapport à 1990. La cour a également estimé que la politique climatique du pays violait les droits de l'homme.

Les scientifiques estiment toutefois que, pour que la Belgique puisse contribuer efficacement à l'objectif mondial consistant à contenir la hausse des températures mondiales, en dessous de 1.5 °C, le pays doit réduire ses émissions de gaz à effet de serre d’au moins 61 pour cent d’ici 2030.

L'Organisation météorologique mondiale a également prévenu que le seuil de réchauffement de 1.5 °C des températures mondiales serait probablement dépassé. temporairement traversé dès 2027.

L'audience introductive dans l'affaire Falys devrait avoir lieu au tribunal à la mi-avril de cette année.



Publicité
Publicité

Articles Relatifs