Les autorités craignent que la sécheresse en Europe ne se prolonge pendant l'hiver

Le président d'une association italienne d'irrigation a critiqué le « silence » de la Commission européenne sur la question et a appelé à un plan continental.

Molveno, Italie
Par Paolo DeAndreis
9 novembre 2022 16:17 UTC
Molveno, Italie

La sécheresse a activités agricoles paralysées à travers l'Espagne et l'Italie, traditionnellement les deux plus grands olive oil produceurs.

Après un hiver sec et un printemps et un été encore plus secs, le manque de précipitations significatives s'est poursuivi jusqu'à l'automne.

Les pluies récemment signalées dans quelques régions n'ont pas amélioré la grave pénurie d'eau dans les deux pays. La sécheresse en cours a asséché les sols et gravement affecté diverses cultures.

Voir aussi:Comment l'agriculture intensive et l'oléiculture ont un impact sur la santé des sols

Par exemple, la production de riz, une culture fortement dépendante de l'eau, devrait chuter de 70 à 80 pour cent dans les deux pays.

Les agriculteurs italiens et espagnols comptent généralement sur la pluie en automne et en hiver pour reconstituer les aquifères, les rivières et les réservoirs après des étés traditionnellement secs.

Cependant, cela ne s'est pas produit l'année dernière et les responsables craignent que cela ne se reproduise plus. Rivières, réservoirs et lacs – qui sont tous cruciaux pour l'irrigation – rester à des niveaux très bas.

Selon l'Agence météorologique nationale (Aemet), l'Espagne a connu une baisse de 63 % des précipitations par rapport à la moyenne historique.

Entre le 1er octobrest th, 9 millimètres de pluie sont tombés contre une moyenne de 24 millimètres. Le pays connaît sa troisième année la plus sèche depuis 1961.

Les scientifiques d'Aemet estiment qu'il y a 70% de chances qu'il y ait un manque de précipitations importantes au cours de la campagne agricole en cours, en particulier dans le centre et l'ouest du pays, qui sont les zones les plus touchées par la sécheresse.

L'Italie ne s'en sort pas mieux. Dans sa dernière mise à jour, l'observatoire de la sécheresse du National Research Council averti que 30 pour cent du pays, principalement dans le nord, connaît une "sécheresse sévère à extrême ».

L'observatoire a noté à quel point les précipitations rares de septembre n'ont pas atteint les régions italiennes les plus sèches.

"Comme il était facile de le prévoir, bien que n'étant pas une solution au sévère déficit hydrique, de tels événements pluviométriques ont été dans certains cas très intenses et dommageables en raison de sols secs et compacts et de plus d'énergie accumulée par le système climatique en ces mois chauds, », indique le rapport.

Voir aussi:L'Italie annonce un investissement de 3.9 milliards d'euros dans les infrastructures hydrauliques

D'autres pays européens producteurs d'huile d'olive, tels que le Portugal, ont connu une certaine amélioration par rapport à la sévérité de la longue sécheresse.

Selon l'Institut portugais de la mer et de l'atmosphère, seulement 0.2 % du pays connaissait "sécheresse extrême » fin septembre. Cependant, plus de 32 pour cent du pays est encore touché par "Sécheresse sevère."

L'Observatoire européen de la sécheresse dernières données montrent que 27 % de l'Europe continentale est désormais considérée "zone d'alerte », ce qui signifie qu'il y a un déficit de précipitations, une augmentation des anomalies d'humidité du sol et des anomalies de croissance de la végétation.

Les consortiums italiens pour la récupération de l'eau et l'irrigation (Anbi) ont averti que la sécheresse du continent s'étend désormais de la péninsule ibérique à la Moldavie et du nord-ouest de l'Italie au sud de l'Angleterre.

Anbi a critiqué le "silence » de la Commission européenne concernant la sécheresse en cours.

"Il est évident que la crise climatique implique pleinement l'Europe et que le problème doit être abordé dans un cadre européen, pour lequel nous travaillons depuis un certain temps à travers [l'association] Irrigants d'Europe », a déclaré Francesco Vincenzi, l'Anbi Président.

"Force est cependant de constater le retard retentissant de Bruxelles sur ces questions, qui affectent non seulement l'environnement et la qualité de vie mais aussi l'objectif commun d'autosuffisance alimentaire », a-t-il conclu.



Articles Relatifs

Commentaires / Suggestions