`Il est peu probable que la France éradique Xylella, selon un rapport - Olive Oil Times

Il est peu probable que la France éradique Xylella, selon un rapport

Septembre 20, 2022
Daniel Dawson

Nouvelles Récentes

Xylella fastidiosa est peu susceptible d'être entièrement éradiquée en France après des retards et des faux pas des autorités locales, selon un article récemment publié rapport de la Commission européenne.

La bactérie, dont certaines sous-espèces provoquent le syndrome mortel du déclin rapide de l'olive, a été découverte pour la première fois sur le territoire français sur l'île méditerranéenne de La Corse en juillet 2015.

Des épidémies distinctes ont été plus tard détecté en Provence-Alpes-Côte d'Azur en octobre 2015 et Occitanie en septembre 2020.

Voir aussi:Le protocole de confinement de Xylella Fastidiosa s'avère efficace dans les Pouilles

Dans les trois régions, qui sont également les zones oléicoles les plus productives du pays, les auditeurs ont identifié deux sous-espèces de Xylella fastidiosa - multiplex et pauca - qui infectent les oliviers.

Cependant, les oliviers infectés par Xylella fastidiosa n'ont été identifiés qu'en Provence-Alpes-Côte d'Azur et détruits suivant les protocoles d'éradication européens.

Publicité

Celles-ci stipulent que l'une des 300 espèces hôtes identifiées dans un rayon de 50 mètres autour de la plante infectée - connue sous le nom de zone d'infection - est détruite.

Une zone tampon plus large d'un rayon de 2.5 à 5 kilomètres (en fonction de l'étendue des infections dans les zones infectées et de la capacité de propagation de la bactérie) est alors mise en place et toutes les espèces végétales sensibles doivent être testées. Combinés, ceux-ci sont connus comme une zone délimitée.

Les auditeurs de la Commission européenne ont constaté que les autorités françaises n'avaient pas pris en compte tous les facteurs pertinents de propagation de Xylella fastidiosa par des causes humaines et naturelles. En conséquence, les prospections des autorités ont peut-être permis à la maladie de se propager en dehors de la zone tampon sans être détectée.

Les auditeurs ont également constaté qu'un manque de dispositions détaillées signifiait qu'aucun plan immédiat n'était en place pour détruire les plantes infectées. Cela a entraîné des retards importants qui ont créé un risque de propagation de la maladie.

Cependant, les auditeurs ont reconnu que les autorités françaises avaient mis en place en temps opportun des zones délimitées sur le continent, ce qui a empêché Xylella fastidiosa de se propager comme elle l'a fait en Corse. L'île entière est désormais considérée comme une zone infectée, mais pas par la sous-espèce qui infecte les oliviers.

Voir aussi:Xylella est arrivée en Italie d'une usine de café du Costa Rica, selon des chercheurs

En Provence-Alpes-Côte d'Azur, où deux oliviers infectés ont été identifiés, les auditeurs ont déclaré que les autorités avaient réussi à établir la zone délimitée à temps, empêchant la propagation de la maladie des deux oliviers d'ornement à d'autres dans la zone.

Alors que les autorités françaises ont rapidement mis en place des zones délimitées et effectué des tests approfondis pour identifier les plantes infectées, les auditeurs ont constaté que l'éradication de ces plantes et d'autres dans les zones infectées était retardée jusqu'à cinq mois.

Ces retards ont été attribués à une période d'appel d'offres prolongée, au cours de laquelle des contrats sont attribués à des entreprises privées pour éradiquer les plantes infectées, aux restrictions de mouvement mises en place pendant la pandémie de Covid-19 et au droit des propriétaires de faire appel des résultats des tests.

Les auditeurs ont déclaré que les retards dans l'élimination des plantes infectées et l'absence d'un effort coordonné pour identifier et contrôler populations d'insectes vecteurs "fait naître des doutes sérieux » que Xylella fastidiosa puisse être éradiquée en France métropolitaine.

En Corse, les auditeurs ont déclaré que les autorités n'avaient pas respecté la réglementation européenne restreignant la circulation des plantes infectées. Bien qu'ils aient reconnu des contrôles adéquats dans les ports, ils ont déclaré qu'aucun contrôle n'avait été effectué sur les bateaux partant avec des espèces végétales sensibles vers l'Espagne ou l'Italie.

Sur le continent, les auditeurs ont déclaré que les autorités n'avaient pas mis en place d'infrastructures adéquates pour vérifier les mouvements de plantes sur les routes ou les ports, ce qui signifie que des plantes potentiellement infectées peuvent avoir été transportées vers d'autres régions de France, d'Espagne et d'Italie.

Cependant, les auditeurs ont déclaré que les autorités locales et nationales avaient bien fait d'informer le public de la menace de Xylella fastidiosa, ce qui aurait pu aider à empêcher la propagation à d'autres zones agricoles.

Les auditeurs ont conclu le rapport avec six recommandations à l'intention des autorités pour remédier aux problèmes qu'ils ont identifiés.


Publicité

Articles Relatifs

Commentaires / Suggestions