`L'UE va arrêter les importations issues de la déforestation - Olive Oil Times

L'UE va arrêter les importations issues de la déforestation

Par Paolo DeAndreis
12 déc. 2022 15:02 UTC

Un accord qui vient d'être conclu entre les deux organes législatifs de la Union européenne (le Conseil européen et le Parlement européen) arrêtera l'importation de biens produits dans les zones déboisées. Les nouvelles règles feront du bloc des 27 pays membres la zone économique la plus pertinente pour stopper le importer de nombreux produits dérivés huile de palme, bois, soja, café, cacao, caoutchouc et bœuf.

Le Conseil européen et le Parlement européen adopteront prochainement formellement le règlement. Après deux ans, la liste sera revue et d'autres produits pourraient être ajoutés.

L'Union européenne est un grand consommateur des produits énumérés et ses importations sont connues pour jouer un rôle majeur dans la perte progressive de couvert forestier.

Voir aussi:L'UE s'apprête à bloquer les importations dérivées de la déforestation, y compris de l'huile de palme

Selon Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), de 1990 à 2020, 420 millions d'hectares de forêts ont été perdus, principalement en raison de la conversion en terres agricoles et autres usages. Cette superficie est approximativement égale à la dimension de l'Union européenne elle-même, qui couvre 423.4 millions d'hectares.

"L'agriculture commerciale à grande échelle (principalement l'élevage de bétail et la culture du soja et du palmier à huile) représentait 40 pour cent de la production tropicale. la déforestation entre 2000 et 2010, et l'agriculture de subsistance locale pour 33 % supplémentaires », le dernier Rapport de la FAO sur la déforestation notée.

La technologie jouera un rôle majeur dans la nouvelle infrastructure d'importation, car le suivi GPS sera utilisé par les opérateurs pour identifier l'origine de leurs produits.

Selon une note du Conseil européen, les nouvelles règles réduiront également les blocages bureaucratiques tant pour les opérateurs que pour les autorités. Les petites entreprises pourront s'associer aux grandes entreprises pour préparer les déclarations de diligence raisonnable associées aux marchandises exportées.

Le nouveau règlement utilise le terme "dégradation des forêts. Emprunté à la FAO, dégradation des forêts est défini comme, "les changements structurels du couvert forestier, prenant la forme de la conversion de forêts et de forêts primaires se régénérant naturellement en plantations forestières et autres terres boisées et la conversion de forêts primaires en forêts plantées.

Comme l'a noté le Conseil européen, le nouveau règlement fixe au 31 décembrest, 2020, comme date butoir. Ça signifie, "que seuls les produits qui ont été produits sur des terres qui n'ont pas fait l'objet de déforestation ou de dégradation des forêts après cette date seront autorisés sur le marché de l'Union ou exportés.»

D'autres mesures comprendront un système d'étalonnage, qui attribue une cote de risque spécifique basée sur la déforestation aux pays de l'Union européenne et aux partenaires extérieurs. Les catégories de risque (faible, standard, élevé) affecteront le niveau de bureaucratie et les types de processus de contrôle requis pour l'exportation.

Une cote de risque élevé déclenchera également des contrôles plus stricts sur les marchandises échangées, avec des contrôles sur jusqu'à - % des opérateurs. Les pays avec une cote de risque standard recevront des contrôles sur trois pour cent des opérateurs, et ceux avec une cote de risque faible recevront des contrôles sur un pour cent des opérateurs.

"L'accord prend également en compte les aspects des droits de l'homme liés à la déforestation, y compris le droit au consentement libre, préalable et éclairé de populations indigènes», a écrit le Conseil.

Des amendes seront "proportionnée au dommage environnemental et à la valeur des marchandises ou produits concernés ». L'amende minimale sera égale à au moins 4 % du chiffre d'affaires annuel de l'opérateur dans les exportations de l'Union européenne. En outre, l'opérateur bénéficiera d'une exclusion temporaire des processus de passation des marchés publics et de l'accès au financement public.

Après ratification formelle par l'Union européenne, le nouveau règlement donnera aux grands opérateurs 18 mois et aux petits opérateurs 24 mois pour s'adapter aux nouvelles règles.



Publicité
Publicité

Articles Relatifs