La mouche de l'olivier : un ravageur persistant dans un climat changeant

La mouche de l'olivier menace constamment les rendements des cultures, la qualité de l'huile d'olive et les moyens de subsistance des agriculteurs.

Mouche des fruits
Par Simon Roots
23 octobre 2023 16h04 UTC
575
Mouche des fruits

L' mouche des fruits, Bactrocera oleae, a été signalée comme attaquant les olives dans l'Antiquité et constitue depuis longtemps un redoutable ravageur dans le bassin méditerranéen.

Les larves sont monophages et se nourrissent exclusivement d'oliviers du genre Oléa, comprenant O. europaea (cultivé et sauvage), O. verrucosa et O. chrysophylla. Ainsi, la répartition de la mouche de l'olivier se limite principalement aux régions où se trouvent les oliviers cultivés et sauvages.

Voir aussi:Les bases de l'huile d'olive

Aujourd'hui, la mouche de l'olivier est signalée dans tout le bassin méditerranéen, en Afrique australe et centrale, aux îles Canaries, au Proche et Moyen-Orient, en Californie et en Amérique centrale.

Les signalements d'espèces de Bactrocera collectées sur des olives sauvages en Chine remettent en question la présence de la mouche en Asie, mais elle n'a pas encore été signalée en Amérique du Sud ou en Australie.

Mesurer les dégâts de la mouche de l'olivier

Sur les olives cultivées et sauvages, les femelles pondent leurs œufs dans les fruits en train de mûrir, dans lesquels les larves nouvellement éclos se nourrissent de la pulpe et se nymphosent dans l'olive ou sortent pour se nymphoser sur le sol.

Les dommages économiques résultent de l'insertion des œufs de mouches adultes à la surface des fruits des olives de table ; la chute des fruits provoquée par l’alimentation des larves (et la réduction ultérieure de la production d’huile) ; diminution de la qualité et de la valeur de l'huile pressée en raison d'une acidité accrue (résultant de la croissance de micro-organismes) ; et la destruction directe de la pulpe par les larves, ce qui peut rendre les fruits inutiles à la mise en conserve.

bases-production-la-mouche-de-l'olive-un-ravageur-persistant-dans-un-climat-en-changement-l'époque-de-l'huile-d'olive

Les mouches femelles des olives pondent leurs œufs dans l'olive, les larves qui éclosent se nourrissent de la pulpe de l'olive.

La mouche de l'olivier menace constamment les rendements des cultures dans le bassin méditerranéen, où se produit environ 95 pour cent de la production mondiale d'huile d'olive.

En Italie, par exemple, on estime que les pertes dues à la mouche des olives peuvent atteindre jusqu'à 30 pour cent de la récolte dans certaines régions. En Espagne, le coût de la lutte contre la mouche de l'olive a été estimé à plus de 100 millions d'euros par an.

La situation est pas beaucoup mieux pour les oléiculteurs de Californie. Depuis que la mouche de l'olive a été détectée pour la première fois dans l'État dans les années 1990, sa présence a entraîné d'importantes pertes financières pour les producteurs. Selon une étude de l'Université de Californie, les pertes dues à la mouche de l'olivier dans l'État peuvent atteindre jusqu'à 100 millions de dollars (94 millions d'euros) par an.

Origines de la mouche des fruits de l'olivier et premiers efforts pour freiner sa propagation

Malgré son abondance et sa notoriété sur les olives cultivées, la mouche de l'olivier est très probablement originaire de régions d'Afrique subsaharienne où l'on trouve des variétés d'olives sauvages et des cultivars domestiqués.

Les ravageurs exotiques prospèrent souvent dans de nouvelles zones parce qu’ils n’ont pas leurs prédateurs habituels et sont confrontés à des prédateurs locaux inefficaces. La lutte biologique classique consiste à utiliser des ennemis naturels pour réduire la population envahissante.

Plusieurs espèces de guêpes parasites ont été utilisées dans la région méditerranéenne comme agents de lutte biologique, car elles pondent leurs œufs dans les œufs ou les larves de la mouche de l'olivier, les tuant avant qu'elles ne puissent causer des dégâts.

Cependant, en utilisant méthodes de lutte biologique peuvent être difficiles, car ils nécessitent un calendrier et des conditions environnementales précis pour être efficaces.

bases-production-la-mouche-de-l'olive-un-ravageur-persistant-dans-un-climat-en-changement-l'époque-de-l'huile-d'olive

Olives endommagées par la mouche de l'olivier (Photo : Service phytosanitaire régional de Toscane)

Les programmes efficaces génèrent des retombées économiques positives, mais ils doivent être exécutés avec soin pour éviter de libérer des prédateurs qui nuisent aux écosystèmes non ciblés.

Pour les ravageurs phytophages envahissants, cela implique de comprendre l'impact du prédateur sur son habitat d'origine, sa biologie, ses préférences en matière d'hôtes et les interactions potentielles dans la chaîne alimentaire locale. Les facteurs environnementaux jouent également un rôle dans la sélection du bon prédateur.

Publicité
Publicité

Au début des années 1900, la première tentative significative de contrôle B. oléae populations en introduisant des parasitoïdes co-évolués.

Les ennemis naturels ont été explorés en Afrique et amenés en Italie par Filippo Silvestri. Diverses espèces de braconidés ont été trouvées en Afrique, mais Silvestri n'a pas pu les cultiver avec succès et seules quelques-unes ont été relâchées.

P. concolor originaire de Tunisie a ensuite été introduit à plusieurs reprises dans les oliveraies de la Méditerranée, mais ne s'est établi que dans certaines régions du sud et n'a pas été efficace. Néanmoins, l’élevage en masse et le lâcher de ces espèces suscitent toujours un intérêt.

Alors que les travaux de lutte biologique classique se poursuivent, les producteurs s'appuient sur une combinaison de méthodes de lutte plus établies pour atténuer les effets du ravageur.

Les producteurs se tournent vers de nouvelles méthodes pour lutter contre la mouche de l'olivier

Les insecticides sont la méthode la plus couramment utilisée pour lutter contre la mouche des olives. Cependant, l’utilisation excessive d’insecticides peut conduire au développement de résistances et peut également avoir un impact négatif sur les espèces non ciblées et sur l’environnement.

L'efficacité des programmes basés sur les insecticides est également limitée par l'abondance d'oliviers en bord de route et résidentiels dans de nombreuses régions oléicoles, qui servent de réservoirs et contribuent à la réinvasion des mouches dans les plantations traitées.

bases-production-la-mouche-de-l'olive-un-ravageur-persistant-dans-un-climat-en-changement-l'époque-de-l'huile-d'olive

Jusqu’à ce que les autorités européennes interdisent son utilisation, le diméthoate était un pesticide couramment utilisé.

Les pratiques de lutte intégrée contre les ravageurs (IPM) sont souvent recommandées pour améliorer les résultats des programmes d'insecticides et réduire les risques associés. La lutte intégrée implique l’utilisation de plusieurs méthodes de contrôle, notamment la lutte culturelle, biologique et chimique, pour gérer efficacement les ravageurs avec un minimum d’impacts négatifs.

Le contrôle culturel est l'un des moyens les plus efficaces de contrôler la mouche des olives. des pratiques qui perturbent son cycle de vie. Il s'agit notamment de retirer les fruits infestés de l'arbre et du sol, de tailler l'arbre pour réduire le feuillage dense et de récolter les fruits tôt pour éviter qu'ils ne mûrissent trop.

L'éducation et la sensibilisation jouent également un rôle essentiel. Les producteurs doivent être informés du ravageur, de son cycle de vie et des stratégies de gestion efficaces. Les programmes de vulgarisation et les ateliers peuvent donner aux producteurs les connaissances et les compétences nécessaires pour lutter efficacement contre ce ravageur.

Voir aussi:Alors que l'interdiction des pesticides se profile, des agronomes croates conseillent d'autres méthodes pour arrêter la mouche de l'olive

En outre, des campagnes d'éducation du public peuvent contribuer à sensibiliser l'opinion publique à la mouche de l'olivier et à son impact sur l'environnement et l'économie. Les programmes de sensibilisation peuvent également promouvoir des pratiques de lutte antiparasitaire durables et respectueuses de l'environnement, réduisant ainsi les effets néfastes des insecticides sur les espèces non ciblées et sur l'environnement.

De nouvelles technologies pour surveiller et détecter la mouche de l'olivier

La surveillance et la détection précoce sont des éléments essentiels de tout programme de gestion efficace. Une surveillance régulière des oliviers peut aider à détecter la présence de la mouche de l'olivier avant qu'elle ne cause des dégâts importants, permettant ainsi une intervention rapide.

En outre, une détection précoce peut contribuer à empêcher la propagation du ravageur aux plantations voisines, réduisant ainsi son impact global sur l’industrie oléicole.

bases-production-la-mouche-de-l'olive-un-ravageur-persistant-dans-un-climat-en-changement-l'époque-de-l'huile-d'olive

Le Karate Trap B de Syngenta est l'une des méthodes de contrôle les plus récentes utilisées par les agriculteurs croates.

Les chercheurs et les producteurs explorent constamment de nouvelles technologies et innovations pour améliorer la gestion de la mouche de l'olivier. L’un de ces développements consiste à utiliser des pièges à phéromones pour attirer les mouches mâles de l’olivier et les empêcher de s’accoupler avec les femelles. Cela peut réduire la population globale et diminuer le besoin d’utilisation d’insecticides.

Une autre innovation récente consiste à utiliser la technique de l'insecte stérile, qui consiste à lâcher un grand nombre de mouches mâles stériles de l'olivier dans le bosquet pour s'accoupler avec des femelles sauvages. Cela entraîne une réduction de la population de mouches de l'olivier, car les œufs produits par les femelles sauvages n'éclosent pas.

Voir aussi:Le système intelligent identifie le battement d'Olive Fly

La technique des insectes stériles implique l’utilisation de radiations pour stériliser les insectes nuisibles. La méthode est utilisée depuis les années 1950 et a joué un rôle déterminant dans l’éradication des moustiques porteurs de maladies dans de nombreuses régions du monde.

Parce qu’il ne nécessite aucune modification génétique et qu’il a un impact environnemental minimal, le processus n’est pas soumis aux restrictions réglementaires strictes des méthodes de contrôle biologique plus avancées.

L’avenir de la lutte contre la mouche des olives

Le génie génétique est l'un des domaines de recherche les plus récents explorés, non pas pour son potentiel à modifier le ravageur lui-même, mais pour développer des oliviers résistants à sa prédation.

Des recherches sont en cours pour introduire dans le génome de l'olivier des gènes provenant d'autres plantes ou insectes qui produisent des composés qui repoussent ou tuent la mouche de l'olivier.

Cependant, l’utilisation d’organismes génétiquement modifiés est une question controversée, et il existe un débat important autour de la sécurité et de l’éthique de l’utilisation de plantes génétiquement modifiées.

Bien qu’elle ne soit qu’une des nombreuses menaces qui pèsent sur les oliveraies du monde entier, la mouche de l’olivier reste l’une des plus graves, comme elle l’a été depuis des millénaires.

Avec le changement environnemental et climatique à une échelle de plus en plus grande, les méthodes de gestion efficaces et durables deviendront de plus en plus essentielles.


Connaître les bases

Ce qu'il faut savoir sur l'huile d'olive, de la Olive Oil Times Education Lab.

  • L'huile d'olive extra vierge (EVOO) est simplement du jus extrait d'olives sans aucun traitement industriel ni additif. Il doit être amer, fruité et piquant — et exempt de défauts.

  • Il y a des centaines de variétés d'olives pour fabriquer des huiles aux profils sensoriels uniques, tout comme de nombreux cépages sont utilisés dans les vins. Un EVOO peut être composé d'une seule variété (monovariétal) ou de plusieurs (mélange).

  • L'huile d'olive extra vierge contient des des composés phénoliques. Il a été démontré que le remplacement de seulement deux cuillères à soupe d'EVOO par jour au lieu de graisses moins saines améliore la santé.

  • Produire huile d'olive extra vierge de haute qualité est une tâche exceptionnellement difficile et coûteuse. Récolter les olives plus tôt conserve plus de nutriments et prolonge la durée de conservation, mais le rendement est bien inférieur à celui des olives entièrement mûres qui ont perdu une grande partie de leurs composés sains.



Partagez cet article

Publicité
Publicité

Articles Relatifs